Le rondpoint Churchill, toujours non sécurisé


Passer du tram 7 au 3 au niveau du rond-point Churchill à Uccle ressemble toujours à une traversée de rapides d’une rivière en crue. Malgré les nombreux panneaux interdisant aux piétons de passer au milieu des rails de tram et du rond-point, ils sont encore nombreux à tenter quotidiennement l’expérience. La situation a toujours été jugée accentogène par la commune, qui a entamé des négociations avec la Région depuis de nombreuses années. Cependant, rien ne change. «Dès 2012, le conseil communal d’Uccle avait adopté un règlement complémentaire de police visant à interdire toute rupture de charge au cœur du rondpoint, rappelle le conseiller Ecolo Thibaud Wyngaard. La ministre Grouwels l’avait annulé, décision qu’Uccle a contestée devant le Conseil d’Etat. Celui
ci a donné raison à la commune en octobre 2014.» Malgré cette victoire en justice, la commune a finalement décidé de ne pas prendre les mesures de publication car des négociations avaient repris entre Uccle et le nouveau ministre de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A). Lorsqu’il reprend le dossier en 2014, Pascal Smet annonce que le transfert se déroulera encore au niveau du rond-point, mais que celui-ci doit être mieux sécurisé. «Nous peaufinons nos plans, afin de lancer
une période de test qui aura une durée de six mois, le but étant d’organiser une traversée beaucoup plus sécurisée du rondpoint», avait annoncé le ministre en commission du parlement bruxellois. Fin 2015, la place Vanderkindere a été rénovée et la Stib a abandonné l’idée de créer une troisième voie à Churchill, comme cela avait été demandé par la commune. Cependant, la phase de test n’a toujours pas eu lieu. «Tout le monde sait que les trams 3 et 7 y stationneront encore durant plusieurs années dans l’attente, non pas d’une fusion des lignes, ce qui aurait constitué la formule la moins
coûteuse et la plus confortable pour les usagers, mais de l’aménagement d’un terminus Albert, a commenté lors du conseil communal Thibaud Wyngaard. Les travaux à la station Albert ne devraient pas débuter avant 2018. Notre police locale a pointé l’extrême dangerosité de la situation à plusieurs reprises. Le rapport d’incidences soumis voici deux ans à l’enquête publique par la Stib et BruxellesMobilité relevait aussi le caractère accidentogène du rondpoint. La Région doit agir.» Selon l’échevin des travaux publics Jonathan Biermann (MR), Bruxelles-Mobilité a formulé plusieurs propositions afin d’organiser la traversée piétonne. La formule privilégiée consisterait à organiser le passage de chaque côté du rondpoint, qui s’effectuerait le long des rails existants, depuis les quais vers le centre du rondpoint. Il faudrait ainsi prolonger les quais sur la bande extérieure de circulation afin de réduire la longueur de la traversée. A chaque extrémité du rond-point, il y aurait une bande pour tourner à droite vers l’avenue Churchill et la bande intérieure pour continuer le tour du rond-point. La Région a aussi commandé des comptages sur l’avenue Churchill. Enfin, les éléments de sécurisation devraient être installés après les vacances de Pâques. ■ VANESSA LHUILLIER
Le rond-point Churchill