2014 > 2015

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
1364 

UCCLE, le cendrier de poche


le cendrier de poche

à quand aussi à la STIB ? aux arrêts les arbres sont littéralement plantés dans des mégots.

 

La rue Scott pleure ses arbres à Uccle

lalibre.be - Christian Laporte Publié le mardi 22 décembre 2015 à 22h23 - Mis à jour le mercredi 23 décembre 2015 à 10h37


rue scott

Bruxelles

Les habitants de la rue Robert Scott à Uccle sont sous le choc : ils savaient certes qu’une série d’arbres de leur artère étaient en sursis mais c’est le moment choisi pour les abattre qui les trouble. "Comme c’est souvent le cas dans le secteur urbanistique au niveau des pouvoirs publics en Belgique, on prend le citoyen par traîtrise et on choisit le beau milieu de la trêve des confiseurs (la dernière semaine de l’année), moment où la plupart des habitants sont ‘débranchés’ (soit en congé, soit en train de préparer les fêtes) pour les mettre devant le (mé)fait accompli." Dans une lettre ouverte au collège ucclois dont une copie a atterri à "La Libre", l’un d’eux, André Buyse, ne tourne pas autour du pot, rappelant qu’à l’initiative de Jean-Marie Pierrard, l’âme du CHAFUE (Cercle d’Histoire, d’Archéologie et de Folklore d’Uccle et environs) qui est domicilié rue Robert Scott, une pétition leur fut adressée, demandant de ne pas passer à l’acte car ces arbres d’alignement ne sont pas si vieux.

Ni vieux, ni malades…

Qui plus est, des experts botanistes les ont jugés parfaitement sains. La quasi-totalité des habitants de la rue qui l’ont signé sont persuadés que la décision arbitraire de l’abattage des 34 arbres de leur artère n’est qu’un prétexte pour "recaser" une série de jeunes arbres commandés voici un an pour l’avenue voisine Arnold Delvaux. Des arbres cependant non plantés puisque là on a maintenu les vieux saules de l’artère. M.Buyse rejette à l’avance l’argument de l’enquête publique qui a eu effectivement lieu, n’y voyant qu’"un simulacre de procédure". Du côté de la commune, la réaction étonne car la décision d’abattage a fait l’objet d’un point en commission de concertation de l’urbanisme lors de sa séance du 27 mai dernier. Le service vert de la commune d’Uccle y a de fait demandé un permis d’urbanisme pour abattre 35 arbres d’alignement et y planter d’autres espèces…

Le gouvernement bruxellois a approuvé le projet de réforme du Cobat

http://www.lesoir.be - Vanessa Lhuillier - Mis en ligne samedi 19 décembre 2015, 13h57



La Région bruxelloise s’est lancée dans une simplification des règles d’urbanisme. Le but : délivrer plus rapidement les permis afin de mieux répondre aux attentes du secteur et des communes.

projet cobaL’immeuble Hector Denis à Boitsfort n’a toujours pas été rénové à cause d’un avis négatif de la CRMS.

C’est une réforme attendue avec impatience par tous les professionnels de l’immobilier et les élus communaux. Le Cobat pour les intimes (Code bruxellois de l’aménagement du territoire) n’avait pas été revu depuis des années. Les textes se sont empilés, alourdissant les procédures administratives et allongeant les délais de délivrance des permis d’urbanisme. Lors du dernier conseil des ministres bruxellois de 2015, le ministre-président Rudi Vervoort (PS), a fait approuver en première lecture une proposition de réforme, comme prévu dans la déclaration de politique générale.

Le but est de simplifier la procédure d’élaboration des PPAS (plan particulier d’affectation du sol), de réexaminer les seuils prévus pour la réalisation d’études d’incidences, d’harmoniser les procédures pour les permis d’environnement et d’urbanisme et de supprimer l’avis conforme de la Commission royale des Monuments et sites (CRMS).

Dans cette perspective, le gouvernement souhaite raccourcir le délai d’adoption des schémas directeurs qui pour le moment est de 4 ans. Cela permettra ainsi de donner des indications de développement d’une zone clé pour la Région plus rapidement afin de mieux réagir aux besoins actuels en termes d’équipements collectifs ou de logements par exemple. L’élaboration des PPAS devrait aussi être allégée pour les communes qui pourront aussi les modifier plus facilement, toujours dans le but d’être au plus proche des besoins du moment.

Le projet de réforme prévoit aussi la suppression des règlements communaux d’urbanisme tout en permettant aux entités la possibilité de mettre en place des règles spécifiques pour des quartiers précis. « Cela me semble être une mauvaise idée, réagit Marc Cools (MR), échevin de l’Urbanisme d’Uccle et président de l’Union de la Ville et des communes. Nous devons garder nos spécificités. »

Afin d’accélérer les délivrances, la Région prévoit la mise en place d’un dossier unique pour les permis d’environnement et d’urbanisme. Elle souhaite également créer des délais de rigueur. Concrètement, dans les 30 jours pour un dossier classique et dans les 45 jours pour un dossier soumis à évaluation des incidences, l’administration devra dire s’il est complet. Actuellement, cette procédure prend parfois plus d’un an. Ensuite, à partir du moment où le dossier aura été jugé complet, l’administration aura 45 jours pour les dossiers les plus simples à maximum 165 jours pour délivrer le permis. Si une étude d’incidences est nécessaire, le délai passe à 240 jours. Au-delà, le permis est considéré comme refusé.

Pour les études d’incidences, cela change également. Actuellement, elles sont nécessaires dès qu’un parking compte plus de 200 places. Dans la réforme, cela passe à 400. « Cela nous inquiète, explique la députée Evelyne Huytebroeck (Ecolo). Cela va à l’encontre du code bruxellois air climat qui vise à diminuer le nombre de parking par immeubles de bureaux. »

Enfin, la dernière grande modification concerne les bâtiments classés. Le ministre-président souhaite supprimer le caractère conforme de l’avis de la CRMS. « Cela ne signifie évidemment pas que la Région ne suivra plus l’avis de la CRMS mais il n’était pas logique qu’un organe consultatif dispose du pouvoir de limiter la marge de manœuvre de l’autorité compétente », conclut Rudi Vervoort qui espère que la réforme sera adoptée dès l’été 2016.