2008 > 2009

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
1364 

Les Comités en force


(La DH du 11 février 2009)

Ils pourraient se réunir dans une "plateforme des grands axes"

BRUXELLES Ils sont trois à Bruxelles à régulièrement faire entendre leur voix : le comité Tervueren à Etterbeek et Woluwe-Saint-Pierre, le comité Couronne à Ixelles et le comité Longchamp-Churchill à Uccle.

Réunis dimanche dernier, ils ont discuté de la création d'une "plateforme bruxelloise des grands axes ", ouverte à tous les comités bruxellois soucieux de se réapproprier l'espace urbain et d'intégrer "les souhaits et objectifs des riverains."

Cette plateforme s'imposerait "comme interlocutrice des autorités publiques pour toutes les thématiques propres aux grands axes bruxellois" , explique le conseiller communal Pascal Lefèvre (Écolo), qui pense ici à la mobilité, au bruit, à la sécurité, à la pollution, etc.

Concernant sa problématique première, à savoir le futur réaménagement de l'avenue de Tervueren, le comité Tervueren s'est réuni lundi, cette fois en présence du ministre en charge des Travaux publics, Pascal Smet (SP.A.).

"L'abattage des marronniers pourrait être reporté à la fin 2010 - début 2011, sous réserve, naturellement, de l'abattage ou de l'élagage d'arbres présentant des risques sur le plan de la sécurité comme c'est déjà le cas actuellement" , nous apprend Pascal Lefèvre qui ajoute que, parallèlement, une somme de 1.400.000 € pour les travaux de replantation et de placement des luminaires sur Etterbeek est confirmée.

La réfection des trottoirs de l'avenue de Tervueren entre le Cinquantenaire et Montgomery est également connue : elle est chiffrée à 250.000 €.

Le ministre Smet et le comité Tervueren se réuniront à nouveau fin avril afin de "discuter de la mise en œuvre définitive du plan de réaménagement de l'avenue de Tervueren" . Les services du ministre auront alors finalisé la planification et le coût prévisionnel global des travaux envisagés.

Ludivine Nolf
© La Dernière Heure 2009

Quelles sont les économies faites par la Stib après son sauvetage par Dexia ?


appelons ici l'article du Soir du 5 novembre 2008:

Stib locataire en ses murs Le Soir 05 11 08 1

et l'article de Benoit Mathieu dans Le Soir du 15 janvier 2009:

Bruxelles aura ses six boas

Une solution complexe pour un grand gagnant : le métro, dont la capacité augmentera d'au moins 20 %. La bête féroce a vaincu. C'est (presque) décidé : la Stib recevra d'ici 2011 six rames de métro « boa » supplémentaires. Le gouvernement devrait avaliser ce jeudi une proposition signée Pascal Smet, le ministre SP.A de la Mobilité.

C'était pourtant mal embarqué. On vous résume. Afin de faire face à l'augmentation de la fréquentation, la Stib a besoin de ces six véhicules. Il est prévu de les acheter aux mêmes conditions que les quinze premiers, commandés fin 2003 au constructeur espagnol CAF. Il faut juste faire vite : la convention expire fin février. Et puis, le budget 2009 passe par là. Plus de sous ; restrictions à tous les étages. Adieu les boas, décide la Région en octobre 2008.

C'est là que le bras de fer politique débute. Le député CDH Denis Grimberghs tire le premier et suggère une solution via Beliris, l'accord de coopération fédéral-Région. Il est rembarré par Pascal Smet. Le député PS Rachid Madrane enchaîne : que la Région s'engage à dépenser les 57 millions d'euros mais sans encore débourser un sou. « Fantaisiste », tranche le grand argentier Guy Vanhengel (Open VLD). Qui entretient toutefois une lueur d'espoir, via le fédéral.

C'est finalement Pascal Smet qui démêle l'écheveau, en multipliant les sources de financement. Objectif : diminuer autant que possible l'impact sur le budget pour les crus moroses que sont 2009 et 2010. Quelque 13,5 millions proviennent du constructeur CAF lui-même, constitués essentiellement de pénalités pour retards de livraison. Etalés de 2010 à 2012, 15 millions sont attendus de Beliris – rien de farfelu puisque l'achat des premiers boas avait déjà été financé à hauteur de 20 millions en 4 ans. Beliris joue immédiatement pour 4,5 autres millions : prévus pour des voies de tram sur le boulevard Léopold III, ils glissent à la case « métro ». Quant au boulevard, c'est la Région qui payera le chantier, mais pas avant 2010 puisqu'aucun permis n'est délivré.

Restent 24 millions à trouver. La Région s'y colle entre 2010 et 2012 ; à charge de la Stib d'économiser 9 millions. L'ardoise régionale n'est donc « que » de 15 millions et ne pèsera – modestement – sur l'équilibre budgétaire qu'à partir de 2011. Que l'on espère plus riante.

Le petit bus rose de la Stib


(La DH du 13/12/2007)

La nouvelle campagne de Noctis, le bus de nuit bruxellois, cible les homos

BRUXELLES Pascal Smet et Brigitte Grouwels n'iront décidément jamais en discothèque ensemble. Comme ils ne plongeront très certainement pas en même temps dans la future piscine à ciel ouvert...

Hier, le ministre bruxellois en charge de la Mobilité a présenté la nouvelle campagne de communication de Noctis (le réseau de nuit de la Société des transports intercommunaux bruxellois, Stib).

Cette campagne cible le milieu homosexuel, dont le centre névralgique se situe en plein centre-ville, non loin du point de départ de toutes les lignes Noctis. Affiches, flyers... L'artillerie classique est de sortie.

Pour Pascal Smet, "ce choix de faire une campagne spécifique destinée à sensibiliser le public homosexuel a plusieurs raisons". Outre la situation géographique des lieux de sortie des homos à Bruxelles, le ministre estime "normal de sensibiliser des groupes cibles. Et, dans le même temps, cette campagne augmente la visibilité des homosexuels dans la ville".

Sa collègue du gouvernement bruxellois Brigitte Grouwels (CD & V) ne partage assurément pas cet avis. La secrétaire d'État en charge de l'Égalité des chances soutient bien évidemment la démarche de son collègue. "Les homosexuels constituent également une clientèle potentielle pour le réseau Noctis", explique-t-elle dans son billet quotidien, avant de nuancer son propos.

"L'objectif de cette campagne ne saurait être d'accoler un caractère purement homosexuel à ce projet", poursuit l'élue néerlandophone. "Noctis est un produit de la Stib offrant un service de transport public de nuit à Bruxelles pour tous ! Je crains, en effet, qu'avec cette campagne, il (Pascal Smet, NdlR) ne donne une image tronquée de ce service auprès des autres utilisateurs de ce service. Image tronquée du style : Le petit bus rose ne tardera pas", enchaîne Brigitte Grouwels.

L'allusion est lourde. Elle signifie, néanmoins, pour la secrétaire d'État que "le service Noctis ne peut se limiter à un produit niche. Tous les Bruxellois y ont droit et doivent se sentir accueillis".

Mathieu Ladevèze

------------------------------

Un journal anglophone dont les rédacteurs se retrouvent avec grande probabilité sur le petit bus rose avec le Ministre Smet, l’ont élu Bruxellois de l’année en 2008.

Le petit cercle s’élargit, les transports nocturnes ont leur centre de départ autour du domicile de ce ministre.

On ne fait de publicité que pour ce qu’on connaît bien.