2008 > 2009

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
1364 

8-7 =1


Nous avons trouvé dans nos boîtes aux lettres un avis de la Région de Bruxelles, celle qui gère Churchill en tant que voie Régionale, ce document nous annonçant l'abattage imminent de 8 autres marronniers, devenus assez subitement dangereux d'après une nouvelle expertise Stib/Région.
Les efforts conjugués des défenseurs d'oiseaux, Natagora, de votre Comité de Quartier et du Bourgmestre ont aidé à en sauver 7, qui seront contrexpertisés sur demande de Uccle.

5 autres arbres ont été élagués pour raison sécuritaire. Tout cela sous surveillance car la société d'élagage, qui devient bien connue dans notre avenue, semble avoir une sorte d'acharnement à l'encontre de nos arbres et de nous, habitants de l'avenue, qui est inquiétante. La grossièreté du chef élagueur reste telle que nous avons pu le constater à chaque fois que cette société est présente sur l'avenue.
Il reste incertain de garder nos marronniers, car on voit bien que les arbres abattus ne sont pas replantés, tel qu'on le fait pourtant partout, dans toutes les villes où les responsables savent comment gérer au long terme un urbanisme vert. Pour le moment les élections approchent et la protection de la nature, voire de la planète est un bon sujet électoral. Cela permet au moins aux nids d'oiseaux des 7 sauvés maintenant et de tout ceux qui nichent dans les autres que nous protégeons depuis plusieurs années de passer un bon printemps.

Des bâtons dans les roues de Villo


(le soir.be - FABRICE VOOGT - lundi 27 avril 2009, 08:28)

Bruxelles. Un système illégal ! Après l'opposition MR de la Ville, c'est Inter-Environnement qui s'inquiète du respect de la loi.

ENTRETIEN

Peut-on raisonnablement considérer que la commission ait pu, en l'espace d'une heure, procéder à une délibération et que l'administration ait eu le temps de rédiger un avis de quatre pages passant en revue les 57 stations concernées ? Peu probable ! L'avis ne répond d'ailleurs pas à la majorité des interrogations soulevées et notamment pas à une question de taille : la violation du règlement régional d'urbanisme ! » L'Association Inter-Environnement n'y va pas de main morte pour dire tout le mal qu'elle pense de l'avis favorable à la demande de permis d'urbanisme de la Région pour le développement du projet Villo et de ses 57 stations vélos sur le territoire de la Ville, et de l'étrange célérité avec laquelle il a été rendu. Une critique de plus après celle de l'opposition libérale et de la conférence des bourgmestres. L'occasion de faire le point avec Pascal Smet (SP.A), le ministre en charge du dossier à la Région.

Que répondez-vous aux critiques d'Inter-Environnement ?

Inter-Environnement devrait se réjouir que cela aille vite. Le gouvernement a décidé ; il faut exécuter. Certains, surtout du côté MR, veulent empêcher que le système soit fonctionnel avant les élections. C'est grave. Les vélos, ce n'est pas pour faire plaisir à Pascal Smet mais pour aider les Bruxellois dans leurs déplacements. Agir de la sorte, c'est prendre les Bruxellois en otages.

Les lois urbanistiques doivent être respectées…

Evidemment. Sinon la Région ne délivrera pas les permis. Sept stations sont prévues en zone interdite et 24 en zone de protection de bien classé et donc également interdites à la publicité ? On ne mettra pas de pub à ces endroits.

Vous dites que certains veulent empêcher que le système soit opérationnel avant l'été pour des raisons électoralistes. A contrario, ne faites-vous pas tout pour qu'il le soit pour les mêmes raisons, comme l'ancien échevin Simons avec Cyclocity, juste avant les communales de 2006 ?

Je n'ai pas besoin des vélos pour me présenter aux élections. Peu m'importe que cela se fasse avant ou après. Je souhaiterais surtout que le système soit opérationnel pour l'été. Je ne travaille pas en fonction des élections. A l'inverse d'autres, je ne suis pas entré en politique pour ma gloire personnelle mais pour celle de la ville. Je veux y améliorer la vie et le vélo est un moyen parmi d'autres.

La conférence des bourgmestres a annoncé qu'ils ne signeraient pas la convention tripartite avec la Région et JCDecaux…

Le projet a changé depuis et on peut encore le modifier. Je suis confiant. Je viens de lire les déclarations du bourgmestre de Jette, Hervé Doyen, dans le Standaard. Il dit textuellement que certains veulent saboter le projet, mais que Jette ne participera pas à ça.

Pensez-vous que cela va s'accélérer après les élections ? L'objectif d'avoir un système opérationnel en mai semble illusoire.

C'est encore faisable pour le mois de mai. En tout cas dans les premières communes.

Vous pensez que des consignes ont été données à des bourgmestres pour bloquer le système ?

Je suis en tout cas sûr que ça irait plus vite s'il n'y avait pas les élections.

--------------------
Commentaires d'un lecteur:

ericsaintgilles dit le 27/04/2009, 15:56

mensonge
au cas ou vous ne le sauriez pas c'est la société DECAU qui tire les ficelles de toutes cette vélo villo city, il y a un accord avec le cabinet smets pour mettre les stations AVEC DE LA PUBLICITE et le pire c'est que DECAU a décidé ou serait mise les stations. Exemple à saint-gilles, pour quoi ne pas mettre les stations au parvis ou devant l'hotel de ville sur la place van meenen??? hé bien non elles seront sur la chaussée de waterloo, car Decau exige que les face de PUB soeint visible. Et il en sera ainsi sur les 57 stations. De plus comme elles serontmises sur des voiries REGIONALE la face destinée aux communes sera supprimée et payante. Bravo smets, et dire que cet horrible gestionnaire sera réelu avec 150 voix.

Mobilité : mais que se passe-t-il donc ?


Vous trouverez ci-dessous un article du Soir, de l’excellent journaliste Benoit Mathieu.

Il est intéressant de constater que le refus de dialoguer avec la STIB de la commune de Forest porte ses fruits.

Le Comité de Quartier Longchamp Messidor regrette qu’Uccle ne prenne pas position aussi fermement...

De prévoir une ligne 3 d’Esplanade au Rond-point Churchill, pour y rencontrer le 23, autre ligne longue, et cela à travers la place Vanderkindere est une ânerie, un enfant comprendrait qu’aucune régularité dans le tunnel midi ne peut être garantie avec ce projet foireux...

De scinder le 4, autre ligne passant par Uccle, est tout aussi stupide et pénalise les usagers..

Un vice-président à la Stib qui réfléchit ? Un espoir pour les usagers des transports publics ? Ou une place à prendre à Monsieur Flaush qui serait en fin de mandat ?

Un parti politique qui agit et réfléchit dans le même sens ? Ou une manœuvre électorale ?

Les divers communiqués de presse des associations Bruxelloises et de défense des usagers des transports en commun proposent des solutions globales et logiques.
Pourquoi ne sont ils pas pris en considération ?
Eux seuls agissent pour un meilleur fonctionnement et sans y chercher aucun profit.

(voir également en rubrique Documents)

Comité Longchamp Messidor (avenue Churchill)

---------------------

Pour Forest, le PS buse la Stib

Le Soir - BENOIT MATHIEU - mardi 21 avril 2009)

Inhabituel : un député et le vice-président de la Stib recalent l'évaluation du nouveau réseau trams et bus.

C'était le grand jour pour la Stib ce lundi. Rentrée scolaire et donc test grandeur nature du nouveau réseau de métro, lancé durant les congés de Pâques. « Rien à signaler », estimait la Stib en fin de journée.

Oh, tout n'est pas parfait. Les conducteurs de métro grognent sourdement, la signalisation ne fonctionne pas encore parfaitement. Mais ce n'est sans doute pas là le prochain écueil que la société de transport devra éviter. Car ce mardi est une journée à risques : le comité de gestion se penche sur l'évaluation provisoire des plans directeurs tram et bus. Ce qui risque de ne pas passer comme une lettre à la poste.

Vous ne pouvez l'ignorer : voilà deux ans que la Stib remanie en profondeur trams et bus – le métro vient d'y passer. Après une évaluation en mode minimal l'an passé, en voici une plus complète, avec la Stib à la plume. Discutée ce jour, elle suggère diverses adaptations. On vous livre les deux principales. Un : suppression du tram 56 au profit du renforcement du 55. Deux : équilibrage des trams 3 et 4. Pour faire bref, le 4 est trop long et le 3, un peu court ; cela crée des irrégularités dans le tunnel Nord-Midi. Dès septembre, le 3 roulera entre Esplanade et Churchill et le 4, entre Gare du Nord et Stalle.

« Une attitude choquante ! »
La Stib reconnaît par ailleurs que la multiplication des correspondances a suscité son lot de récriminations, « très médiatisées ». Ou que les lignes de soirée (roulant uniquement après 20 heures) n'ont pas simplifié le réseau, loin de là. Sur le chapitre forestois, quelques lignes à peine, juste le temps de signifier que la Stib planche sur une solution passant par des bus. C'est que Forest pleure depuis 2007 la perte de sa liaison directe avec le centre (feu le tram 52). Au point de rompre récemment les contacts avec la Stib, se disant « méprisée ».

« La Stib ne peut se permettre d'ignorer près de 50.000 personnes ! » tonne Ridouane Chahid. Pas banal : l'homme est vice-président de la Stib. C'est en fait le PS bruxellois qui montre les dents, puisque la sortie est cosignée par Rachid Madrane, député et « Monsieur Mobilité » du parti. « L'attitude de la Stib est choquante. Les Forestois ont droit à la mobilité. » D'autant plus, rajoutent les deux hommes, qu'ils ne sont pas les derniers à subir les nuisances – une référence au projet de dépôt Marconi. C'est vrai que Forest est mal lotie : pas de ligne directe vers le centre, le plus vieux matériel roulant et une régularité toute discutable.

« Une solution existe, insiste le vice-président. Et fonctionne déjà. » A savoir le tram 32, qui relie Forest (et Drogenbos) au centre-ville sans correspondance aucune. En soirée. « Il doit rouler de jour. » Impossible, a pour habitude de rétorquer la Stib, qui ne veut plus que deux lignes (3 et 4) dans le tunnel Nord-Midi. Une option remise en cause par le PS. « On voit bien que modèle de ruptures de charge ne marche pas », tape Rachid Madrane. « La Stib pense chiffres : capacité, rentabilité. Au lieu de desserte et usager, retape Ridouane Chahid. C'est un service public. Voici une piste de réforme : en attendant l'extension du métro, que les communes qui n'ont pas de réseau souterrain bénéficient en priorité d'une liaison directe avec le centre. »

Pas question pour le PS que l'évaluation du réseau passe telle quelle ce mardi. « Il faut des solutions concrètes et que la Stib se remette à écouter Forest, au sein d'un groupe de travail spécifique. »