2006 > 2007

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
1364

Liège Marronniers,


Michel Firket, CDH, échevin de l'Urbanisme à Liège est lui aussi décidé de défigurer définitivement une des dernières magnifques avenues bordées de marronniers de Liège.
Il y a 10 ans on a abattu 10 marronniers centenaires sous pretexte d'un trop d'oiseaux. Il a suffi d'élaguer les 150 autres pour que ce ne soit plus que comme partout des arbres refuge pour nids, avec une population normale.
Le 3 juillet de cet été, profitant du départ d'une partie des habitants, très attachés à leur splendide environnement, il a fait procéder à un début d'éradication des arbres de l'Avenue de Laveleye, près du pont de Fragnée.
Heureusement les habitants, unanimes, se sont mobilisés et ont réussi à stopper le massacre après, malheureusement quand même, 10 arbres coupés.
Là aussi on n'a pas replanté ni ceux abattus il y à 10 ans, ni ceux qui sont détruits en ce moment, ceci tout comme à l'Avenue Chuchill, où rien n'est replanté depuis 10 ans...
Pour quelle raison des décisions aussi stupides sont-elles prises en ce moment? Le bruit qui court, les marronniers sont malades, est lancé pour permettre de détruire notre patrimoine vert, ce qui permet quelques travaux inutiles. N'oublions pas :::1 ARBRE ADULTE DONNE EN 1 AN ASSEZ D'OXYGENE POUR 50 PERSONNES.
Protéger les arbres c'est protéger la nature contre le réchauffement climatique.
Le CDH nous a fait des promesses éléctorales très écologiques.
Comment justifier qu'un échevin puisse priver d'Oxygène tout un quartier????.

Les ruptures de charge du nouveau réseau de la Stib rallongent les temps de transport. Les plaintes sont nombreuses. (Deux extraits du Bravo Uccle du 18 juillet 2007)


Bravo Uccle 18 07 07Bravo Uccle bis 18 07 07

Et pourquoi les pays du Sud n'achèteraient-ils pas nos marronniers ?


Un site pour acheter et sauver les forêts tropicales !

D'un simple clic de souris, devenir propriétaire d'une parcelle de forêt
tropicale et lutter du même coup contre le réchauffement de la planète ?
L'idée, loin d'être saugrenue, a germé dans l'esprit de Johan Eliasch, le
propriétaire de la marque d'accessoires de sport Head.

A partir de 35 livres sterling, tout le monde peut s'offrir une demi-acre de
forêt amazonienne, soit 0,2 hectare pour un peu plus de 50 euros. Avec en
prime la possibilité de voir son terrain grâce aux images de Google Map.

http://www.coolearth.org/

LE MONDE | 28.06.07 | 16h14 .