2014 > 2015

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
1364

‘MIVB ziet fiets te veel als concurrent’

door © brusselnieuws.be


Brussel - 17:46 - 06/08/2014

De MIVB is een koele minnaar van fietsen op het openbaar vervoer en de communicatie naar de bestuurders van tweewielers kan veel beter. Dat is de conclusie van de masterproef van KUL-student Anders Brunlid. “De eigen fiets wordt te veel als concurrent gezien voor tram en bus.”

cid image 001

MIVB moet meer moeite doen voor de fietser (© Jasperwiet)

MIVB waarschuwt voor overdosis fietsen op metro
Aanleiding voor Brunlids masterproef in de richting Overheidsmanagement- en Beleid was de campagne van de MIVB van vorig jaar die waarschuwde voor een teveel aan fietsen op de metro. “Dat was in contradictie met het toenmalige reglement van de MIVB, dat de combinatie met de fiets aanmoedigde”, zegt Brunlid aan brussselnieuws.be.

Het onderzoek spitste toe op de mogelijkheden om fiets en openbaar vervoer te combineren. Brussel werd daarbij vergeleken met steden als Valencia, München en Amsterdam. “In München bijvoorbeeld ziet men de fiets als de perfecte aanvulling op het openbaar vervoer. De MIVB ziet de eigen fiets nog te veel als concurrentie, vooral voor korte afstanden.”

Aan boord van de metro en de tram is de fiets gratis toegelaten, maar wel buiten de spitsuren (tussen 8 en 10 uur en tussen 16.30 uur en 18.30 uur). “Een regel die je ook in andere landen ziet”, zegt Brunlid. “In Amsterdam krijg je een boete als je in de spits op het openbaar vervoer komt met de fiets. Hoe populairder de fiets in een stad, hoe meer het ontmoedigd wordt.”

Pijnpunt is wel dat die regels niet duidelijk gecommuniceerd worden. “Er staat niets van vermeld aan de haltes”, zegt Brunlid. “Daarom zijn fietsers vaak overgeleverd aan de willekeur van de chauffeurs. De regels hangen wel op in de voertuigen, maar dan in zeer kleine lettertjes.”

Brunlid houdt daarom een pleidooi voor een eigen fietsbudget bij de MIVB voor onderhoud van fietsinstallaties, duidelijke fietsinformatie, fietspromotie en aanwerving van personeel voor de beveiligde fietsstallingen. “Cijfers over hoeveel de MIVB investeert in fietsinfrastructuur zijn niet te krijgen. Dat zegt al genoeg”, klinkt het. “De MIVB wijst naar Mobiel Brussel, maar ook daar kan men geen cijfers geven.”

MIVB: ‘Fietser is bondgenoot’
De MIVB is het niet eens met de conclusies van Brunlid. "We zijn een bondgenoot van de fietser", zegt MIVB-woordvoerder Guy Sablon. "Intermodaliteit staat centraal in onze strategie. Dat betekent dat we streven naar zo goed mogelijke aansluitingen van verschillende vervoersmodi, inclusief de fiets."

Fietsen toelaten tijdens de spitsuren is voorlopig onmogelijk door de verzadiging van het net.

Buiten een fietsparking in metro Beurs heeft de MIVB momenteel ook geen concrete plannen voor meer fietsinfrastructuur. Daarvoor is het wachten tot de verzadiging minder is. De MIVB kijkt daarvoor naar de invoering van de automatische metro, waardoor er op termijn vaker metro's moeten rijden.

Le réaménagement de Churchill et Vanderkindere à l’enquête publique


Patrice Leprince - LeSoir.be - Mis en ligne mercredi 6 août 2014, 9h48

UCCLE La Région veut repenser les correspondances entre les trams 7 et 3. Le projet prévoit notamment la création d’un rond-point prioritaire place Vanderkindere et une troisième voie de tram avenue Churchill.

427.jpeg

Un rond-point prioritaire est prévu en remplacement des feux à la place Vanderkindere. © Bruxelles-Mobilité

S’il y a bien un point sur lequel tous les acteurs de cet épineux dossier s’accordent, c’est la dangerosité de la situation actuelle. Le nœud du problème : le rond-point Churchill, à la fois terminus et lieux de correspondances entre les trams 7 et 3, deux des plus grandes lignes stibiennes. Un micmac de rails entrecoupés par le passage des automobiles incessant sur cet important axe de pénétration dans la capitale. Avec, dans la pratique, un danger réel pour les usagers des transports en commun qui, malgré les panneaux d’interdictions, n’hésitent pas à traverser le rond-point censé être réservé aux seules correspondances. « Interdiction qui, dans les faits, est impossible à faire respecter », peut-on ainsi lire dans une note de Bruxelles-Mobilité.

1 Le projet. La mouture aujourd’hui sur la table englobe une refonte majeure tant du rond-point Churchill que de la place Vanderkindere. Sur base d’un constat préalable : le complexe de rails, en fin de vie, doit impérativement être remplacé. Pointée aussi, la nécessité de travailler sur l’aspect sécurité, on l’a dit, mais également sur le confort en termes de mobilité douce. Point noir de la circulation, la place Vanderkindere est traversée par les artères que sont l’avenue Churchill mais aussi les avenues Brugmann et Albert. De quoi donner des sueurs froides aux usagers, quel que soit leur mode de transport, appelés à s’engager sur ce carrefour. Au programme, la suppression des feux de signalisation et la création d’un rond-point ovoïde, la priorité étant accordée aux trams, aux traversées piétonnes et à la circulation automobile dans l’anneau. Un carrefour est en outre mis en zone 30, l’ensemble des accès, entrées et sorties, étant réduit à une bande.

Côté Churchill, la piste cyclable en chaussée serait supprimée au profit d’une voie cyclable aménagée en extension de trottoir. Pointons aussi et surtout la fin des correspondances sur le rond-point où les plantations seraient renforcées. Mais la pierre angulaire de ce réaménagement a trait à la création d’une troisième voie de tram au sortir de la place Vanderkindere, le long de l’avenue Churchill pour permettre la rupture de charge. L’actuelle voie centrale servirait de terminus, un quai le séparant de la nouvelle voie.

2 Qu’en dit la commune ?Du côté communal, on se montre prudent voire méfiant face à cette nouvelle mouture. C’est que chat échaudé craint l’eau froide. Côté positif, Uccle est plus que demandeur de la suppression des correspondances sur le rond-point Churchill. « Un risque majeur que la Stib fait peser sur les usagers, souligne l’échevin de la Mobilité et des Travaux publics, Jonathan Biermann (MR). Nous sommes donc ravis d’entendre parler de sa suppression et si elle se fait un jour, tant mieux ».

Reste que, par le passé, plusieurs formules ont circulé. « Nous ne voulons pas jouer les empêcheurs de tourner en rond mais c’est la troisième fois que la Région nous dit que le terminus sera supprimé à Churchill et, jusqu’à présent cela n’a pas abouti ». A Uccle, on souhaite donc prendre le temps d’analyser la nouvelle mouture en espérant notamment y trouver des projections quant à l’impact du réaménagement proposé sur la circulation. « Ce genre d’outil s’impose, on ne peut pas se lancer dans une transformation aussi importante en se contentant de croiser les doigts en espérant que cela fonctionne ».

Car le risque de congestion est bien réel tant place Vanderkindere qu’à hauteur de la troisième voie telle que proposée. Qui induit la réduction du trafic automobile et pourrait donc générer de sérieux bouchons.

3 Le timing. Le dossier sera à l’enquête publique du 18 août au 16 septembre avec une importante réunion d’information aux riverains programmée le 3 septembre.

----------------------------------------------------------------
Les riverains se mobilisent

Du côté des riverains, l’annonce de l’enquête publique a immédiatement sonné la mobilisation générale. C’est que de ce côté-là aussi, la méfiance est de mise. « Nous demandons depuis des années que soit élaboré un plan d’ensemble incluant le bois de la Cambre et le parc Duden », entame Anita Nys, la présidente du comité Longchamp Messidor. Quant à la mouture proposée pour Churchill et Vanderkindere : « C’est la troisième fois qu’un plan nous est présenté et, au contraire du précédent, celui-ci nous paraît entièrement déraisonnable ». La différence réside dans la façon dont est pensée la troisième voie. « On prévoit aujourd’hui de créer une large oreille de trottoir à l’entrée de l’avenue Churchill. Du coup, quand le tram s’arrêtera pour charger et décharger ses usagers, l’ensemble du trafic automobile sera entièrement bloqué et ce, durant de longues minutes. Cela va causer des embouteillages monstrueux et il n’y a plus de place pour les déménagements, le passage des ambulances ou des taxis ».

Même scepticisme envers le rond-point à créer place Vanderkindere. « Un haricot qui s’étend jusqu’à l’avenue Albert et qui va notamment empêcher les automobilistes sortant de la rue Vanderkindere en provenance du bois de s’engager sur le carrefour et de traverser le rond-point ».

Note explicative du projet de réaménagement VDK - Churchill


nef 1

nef2

nef3

nef4

nef5

nef6

nef7

nef8

nef9

nef10

nef11

nef12

nef13

nef14

nef15

nef16

nef17

nef18

nef19