En 1992 déjà Le Soir parlait de mauvais traitements par les élagueurs pour le bénéfice des trams.


 Malgré cela une nouvelle campagne d'élagage non justifié se prépare pour janvier , février 2016. Plus de 20 ans après, sans plus de réflexion ou justification, on laisse la Région agresser nos marronniers.

 

LES ARBRES DE L'AVENUE CHURCHILL PAIENT LES MAUVAIS TRAITEMENTS QU'ON LEUR INFLIGEA HIER BOURTON,WILLIAM


Mardi 17 novembre 1992
Les arbres de l'avenue Churchill payent les mauvais traitements qu'on leur infligea hier
Les marronniers ne se portent pas comme des charmes
On s'en souviendra du 11 novembre 1992! Du nord au sud du pays, Éole souffla la tempête. Déchaîné, il arracha tuiles et cheminées et fit se cambrer les arbres. Hélas! certains vénérables feuillus ne résistèrent pas à ces mauvais traitements, qui se couchèrent pour le compte!
À Bruxelles, l'avenue Churchill fut plus particulièrement touchée. Un vénérable marronnier d'Inde s'écrasa avec fracas, entre la ligne de tram et la chaussée. Raide mort. Heureusement, on ne déplora ni blessé, ni véritables dégâts matériels...
Cet accident était-il prévisible? C'est la question à cinq francs... À en parcourir certains rapports d'expertises horticoles, on peut répondre par l'affirmative! Dressons le tableau.
La plupart des marronniers de l'avenue Churchill affichent 80 ans au compteur. Seuls un petit nombre d'entre eux ont été remplacés par de jeunes pousses... aujourd'hui âgées de 12 à 15 ans.
À première vue, ces marronniers ont l'air de se porter comme des charmes. Mais, en botanique comme partout, il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Ici, au feuillage... Explications.
Au fil des ans, afin de protéger les caténaires des trams, on a coupé pas mal de branches de nos braves sentinelles vertes. Ce type d'élagage a causé de larges plaies - de 25 centimètres de diamètre, en moyenne - qui ne se sont jamais vraiment cicatrisées. Et, faute de soins, des moisissures s'y sont infiltrées. Moralité: un certain nombre d'arbres sont complètement pourris de l'intérieur!
D'autres «mauvais traitements» sont à épingler. Plusieurs marronniers ont ainsi été autrefois étêtés. Ce qui ne favorise pas la qualité et la durée de vie de l'arbre... On peut également constater que bon nombres d'éléments possèdent une couronne trop lourde, côté chaussée. Une situation passablement dangereuse! Pour le reste, presque tous les arbres ont eu à souffrir de dégâts causés par les voitures.
Selon les spécialistes, la vie des arbres de la belle avenue Churchill a donc été singulièrement abrégée par manque d'entretien! Et les atteintes sont souvent tellement importantes qu'aucune intervention «arbro-chirurgicale» ne pourrait arranger les choses!
La solution, pour éviter tout drame? L'administration régionale de l'équipement la connaît. Elle est radicale: il faut élaguer au plus vite les sujets malades et couper ceux dont la stabilité ne peut plus être assurée. Des mesures en ce sens ont déjà été prises.
Le 14 février, un rapport d'expertise signala que huit marronniers devaient être abattus d'urgence. Un avis confirmé par les spécialistes de la commune d'Uccle, qui ont, eux aussi, examiné les malades.
Le 30 mars, le bourgmestre André Deridder signifia à la Région qu'il souhaitait l'abattage dans les plus brefs délais. La Région fit donc procéder d'urgence à ce travail...
Visiblement, il conviendrait de poursuivre les auscultations, avant que le dieu des vents ne fasse un nouveau caprice!
WILLIAM BOURTON