Communiqué de presse du 4 octobre 2011 - Jacqueline Rousseaux députée bruxelloise


Inondations – bassins d’orage – bétonnage de l’avenue du Port

L’évaluation du Plan-Pluie 2008-2011 et du plan (annoncé) de gestion de l’eau au regard des inondations en région bruxelloise

La députée Jacqueline Rousseaux interpelle la Ministre Huytebroeck sur son action et déplore « plus d’effets d’annonce et d’incohérences que d’actes concrets dans la politique de gestion de l’eau »

La députée Jacqueline Rousseaux (MR) a interpellé la Ministre de l’environnement Evelyne Huytebroeck (Ecolo) ce mardi 4 octobre 2011, sur l’application et l’évaluation de son « Plan-Pluie 2008-2011 » au regard des récentes inondations (particulièrement en 2010 et 2011) en région bruxelloise, et sur son futur plan (annoncé depuis 2006) de gestion de l’eau.

Pour rappel, dans le « Plan-pluie 2008-2011 » présenté en son temps par la Ministre Huytebroeck, 6 actions prioritaires étaient définies par celle-ci : des travaux (bassins d’orage, etc) à réaliser dans la vallée de la Woluwe, la vallée de St-Job, la vallée de l’Ukkelbeek, la zone Struybeek, la vallée du Molenbeek-Pontbeek et la vallée du Geleytsbeek, et présentés sous le titre « le Gouvernement finalisera les investissements nécessaires au programme d’installation de bassin d’orage. »

En réalité l’investissement « régional » annoncé a été bien faible, constate la députée, et a été en grande partie reporté sur d’autres intervenants, dont l’intercommunale Hydrobru, obligeant ceux-ci à trouver d’autres sources de financement, ce qui n’accélère pas la mise en route des chantiers annoncés, tant attendus par la population. Et de souligner : on aurait pu attendre de la part de la Ministre une politique plus volontariste pour mettre fin aux inondations dont sont victimes de nombreux citoyens bruxellois aux quatre coins de la Région.

C’est en vain que la députée libérale a encore demandé à la Ministre sur base de quels critères la Région avait décidé de financer ou non ces travaux annoncés par elle comme prioritaires. Aucune réponse ne fut donnée à cette question simple, qui tient à la transparence et à la cohérence de la politique menée.

Madame Rousseaux a aussi pointé le non-curage de la Senne par la Région depuis de nombreuses années et s’est interrogée sur les possibles conséquences du lit très haut de celle-ci en cas de fortes pluies. « Ces travaux sont à l’étude a répondu la Ministre ».

La députée MR déplore que la politique du gouvernement bruxellois et de la Ministre de l’environnement (Ecolo) en particulier s’apparente plus à des effets d’annonce qu’à des actes concrets sur le terrain. La députée bruxelloise a par ailleurs souligné que le « Plan de gestion de l’eau » annoncé depuis 2006 n’est toujours pas sur les bancs du Parlement. La Ministre en réponse a annoncé son dépôt pour cet automne et qu’il en est au stade de l’enquête publique…

Enfin, pointant le dossier de l’avenue du Port, Mme Rousseaux a regretté que la Ministre de l’environnement n’ait pas veillé à faire appliquer la politique qu’elle préconise et entend faire respecter par d’autres : à savoir cesser l’imperméabilisation des sols et (r)établir des zones d’écoulement naturel des eaux de pluie là où c’est possible, afin de lutter contre les inondations. Pour rappel, le Gouvernement bruxellois agissant avec l’aval de la Ministre de l’environnement a accepté le remplacement du revêtement de l’avenue du Port en pavés par le bétonnage complet de cette avenue large et longue. Ainsi l’écoulement des eaux de pluie entre les pavés ne pourra plus se faire sur cette très vaste superficie. La Ministre n’a pas voulu se justifier sur cette question.

Et la députée de souligner, ici aussi, l’incohérence de cette politique qui illustre l’expression « Faites ce que je dis, pas ce que je fais !»