Le projet Baiverlin pour Vanderkindere-Albert- Brugmann et la réponse de la Stib


Aménagements transports publics
Lignes de trams 3-23-24 Axe Albert-Churchill
Propositions du Comité Longchamp Messidor

Objectifs généraux des propositions
- Éviter les « ruptures de charge »
- Mobilité: assurer la fluidité du trafic et des trams
- Assurer une meilleure sécurité des usagers et des piétons
-Préparation pour un réaménagement de la Place Vanderkindere:
propositions 1 (Albert) et 2 (Brugmann)

PROPOSITION 1

Aménagement de la place Vanderkindere en vue d’une amélioration des correspondances entre les différentes lignes de trams et de la réduction des encombrements de la circulation dont ils sont la cause.
Voir dessins et croquis illustratifs ci-après:

d4

Proposition 1- Etat de la situation:
- Les trams 23, 24 ont actuellement leur terminus av. W. Churchill / avenue Brugmann en X ; les trams 3 en direction du centre ville s’arrêtent également à cet endroit, avant de traverser la place Vanderkindere.
- De nombreux voyageurs qui descendent à cet arrêt X ont une correspondance avec les trams 4, en direction Stalle, principalement, et le tram 92, dont l’arrêt se trouve avenue Brugmann, en aval de la place Vanderkindere en Y (vers Stalle).
- Certains des voyageurs en transit traversent en urgence le carrefour, en oblique, malgré la densité du trafic automobile, à certaines heures, ignorant la signalisation très visible qui gère la circulation des automobiles et des piétons, pour atteindre l’arrêt Y.
- D’autres voyageurs arrivant du centre ville, par les trams 4 ou 92, descendent avenue Brugmann, à l’arrêt Y et traversent également la place en urgence, se faufilant entre les voitures, pour assurer leur correspondance avec les trams 23/24 ou 3 stationnés en Z, en direction de la chaussée de Waterloo et de la grande périphérie urbaine.

Proposition 1- solutions
Cependant, certains aménagements, simples, de la localisation des arrêts de correspondance seraient de nature à réduire la probabilité d’accidents ou d’encombrements:

Proposition 1A. Avenue Albert

d7d8

Proposition 1A. Avenue Albert - commentaires
- Localisation de la station de correspondance entre les trams 4 et 3 dont les arrêts respectifs sont situés l’un en face de l’autre, à l’entrée de l’Avenue Albert / Place Vanderkindere ; ce qui faciliterait le transit aisé des voyageurs d’un quai vers l’autre :
- les voyageurs venant des trams 3 (vers le centre ville) descendant en B, désirant se rendre vers Stalle, pourraient accéder aux trams 4 par le quai A ;
- et les voyageurs venant des trams 4 (vers le centre ville) descendant en B, désirant se rendre vers la chaussée de Waterloo ou la grande périphérie urbaine, pourraient accéder aux trams 3, par le quai A.

PROPOSITION 2B. Avenue Brugmann
- Les trams actuels, de grande longueur, sont notamment la cause de certains encombrements du trafic automobile au carrefour important qu’est la place Vanderkindere.
- C’est le cas, notamment en D et E (voir slide 5) :
- en D, le quai des trams 92 (direction haut de la ville) se situant entre l’avenue W. Churchill et la rue Vanderkindere, sur l’avenue Brugmann, constitue une cause d’encombrement pour les voitures automobiles, venant de l’avenue W. Churchill et tournant à droite, dans l’avenue Brugmann, vers la ville, lors de l’arrêt de trams de grande longueur.

Il est proposé de déplacer cet arrêt et de l’implanter en aval, à 100 environ de la rue Vanderkindere en direction du bas de la ville (voir ci-après).

d11

Proposition 2B. Avenue Brugmann
- en E, le tram 4 venant du centre ville quitte la station A lorsque la signalisation passe au vert, simultanément avec les voitures automobiles de la voirie qui jouxte cette station ; le tram stationne alors, passé ce feu en E, avant de prendre la direction de l’avenue Brugmann vers Stalle, pour laisser le passage des voitures automobiles, à sa droite, qui se dirigent vers la chaussée de Waterloo par l’avenue W. Churchill. Du fait de leur longueur, les trams 4, de type 4.000 lors de ce stationnement empêchent l’accès des voitures automobiles à la rue Vanderkindere (côté droit de l’avenue Brugmann).
- Cet encombrement du trafic, à cet endroit, aux heures de pointe a un effet « papillon » et peut se propager rapidement à l’ensemble de ce carrefour important.
Une disposition simple permettrait de remédier à une telle situation ; elle consisterait en un réglage différentiel des feux de signalisation : les trams 4 ayant le temps nécessaire (10-15’’) pour arriver à leur arrêt Y de l’avenue Brugmann avant le départ des voitures automobiles stationnant avenue Albert, à leur droite.


Suppression des arrêts de tram au Rond-Point Churchill

* Le comité s’exprime pour la suppression des arrêts des trams 3, 23 et 24 sur le rond-point Churchill:
- Situation illégale et provisoire limitée à 2 ans
- Rupture de charges pour les usagers
- Sécurité non assurée des piétons qui traversent la route vers les arrêts et inversément
- Aménagements en dalles non conformes aux normes PMR et inconfort des usagers (absence d’abri et de sièges)

* Le comité n’est pas favorable à la reconstitution d’un terminus où que ce soit sur l’avenue

* Néanmoins, si ce terminus doit vraiment voir le jour, il est proposé de l’établir au croisement Churchill-Waterloo

PROPOSITION 3 – Terminus « Longchamp »
Situation actuelle au Rond-point Churchill

- La correspondance entre les trams 23, 24 desservant la grande périphérie urbaine et les trams 3 assurant la liaison avec le centre urbain, de manière régulière, car circulant principalement en site propre, se situe actuellement au rond-point Churchill, environ au milieu de l’avenue W. Churchill.
- La localisation à cet endroit n’est pas satisfaisante à plus d’un égard :
1°) les voyageurs résidant en amont, avenue Churchill ou à proximité, doivent utiliser un tram 23 ou 24, pour un court trajet jusqu’au rond-point Churchill, terminus du tram 3 ;
2°) de nombreux voyageurs plus proches de ce rond-point, sans attendre l’arrivée d’un tram 23 ou 24, traversent directement la voirie de grande circulation qui ceinture ce rond-point, ignorant qu’il existe un arrêt de tram 3, avenue Churchill de l’autre côté de ce terminus ;
3°) ledit rond-point, jadis prestigieux, est défiguré actuellement par l’implantation de cette station-terminus et par la présence simultanée fréquente de 3 ou 4 trams en attente.


Proposition 3 – Terminus « Longchamp » Solution

- création d’une station terminus commune des trams 23, 24 et 3 avenue Winston Churchill/chaussée de Waterloo : station Longchamp (voir photo montage ci-après) ;
- création d’un quai entre les arbres sur la voie de retour (côté droit, en direction de la chaussée de Waterloo) de 2,25 m de large et de 100 m de long environ. Ce quai permettrait la correspondance des voyageurs entre les trams 23, 24 et 3 et inversement ;
- pour accéder à ce quai, le tram 3 venant de la ville change de voie (ce qui nécessite le placement d’un nouvel aiguillage) et reste à la station terminus jusqu’à l’arrivée d’un autre tram 3 ; il avance alors sur la voie en direction de la ville où il stationnera en fonction de son horaire de service;
- Les trams 3 d’une part et 23 et 24 d’autre part seraient séparés par un butoir de sécurité

Proposition 3 – Terminus « Longchamp »Solution

Cette proposition présenterait les principaux avantages suivants :
- un meilleur service pour les usagers des trams 3 en direction de la ville ;
- le terminus actuel situé au rond-point Churchill ne serait plus nécessaire ; en conséquence, ce site pourra être restauré et retrouver son état initial ;
- la réalisation d’un quai central avenue W. Churchill / chaussée de Waterloo ne nécessiterait aucun abattage d’arbres ;
- Connection idéale avec les bus des TEC et DE Lijn qui desservent l’axe Chaussée de Waterloo vers le centre-ville

d17d18d19

Proposition 3 – Terminus « Longchamp »Solution « bis »

NB: la STIB objecte que la réduction à une voie empêcherait les trams qui doivent rentrer aux dépôts de passer. Pour pallier ce problème, il suffirait de créer le terminus avec butoir sur une voie et de laisser la deuxième voie opérationnelle pour laisser passer les trams en route vers leurs dépôts.

-----------------------------------------------------------------
La réponse de la Stib:

 0 1

-----------------------------------------------------------------
Notre réaction à la réponse de la STIB au projet Baiverlin:

Si la STIB a raison d'affirmer qu'un terminus au carrefour Churchill-Waterloo désavantage les usagers du 23 désirant descendre à Vanderkindere pour prendre le 92 ou le 4, car cela leur impose, depuis la moyenne ceinture, deux correspondances au lieu d'une ( Longchamp + Vanderkindere au lieu de simplement Vanderkindere), elle oublie que cela représente en revanche un net avantage pour tous les usagers en provenance de Waterloo via TEC ou DE LIJN de même que pour les très nombreux habitants et "candidats au transport public" de la zone Bascule et de l'entièreté de l'avenue Churchill que le 3 drainera directement vers les gares du Midi et Nord, sans la moindre rupture de charge. Par ailleurs, dans un cas comme dans l'autre, la situation restera identique pour les usagers du 23 en provenance de la moyenne ceinture et souhaitant prendre le 3 : rupture de charge maintenue dans les deux cas, à la différence qu'elle sera plus praticable et moins dangereuse au niveau Churchill-Waterloo, où les usagers n'auront pas à changer de quai pour prendre leur correspondance.

L'argument de la STIB selon lequel les butoirs à prévoir nécessairement au terminus Churchill-Waterloo ne sont pas très faciles à intégrer dans un environnement urbain, ne tient pas la route face à la violente destruction urbaine que susciterait l'intégration d'une troisième voie au début de l'avenue Churchill : rupture grossière de l'alignement de la route et des arbres, avec d'une part le débordement du passage du tram sur la voierie, et d'autre part la suppression d'un nombre impressionnants d'arbres tout le long de cette "3ème voie". Par rapport au respect de l'environnement urbain, un terminus à Churchill-Waterloo est clairement et objectivement, des deux options, celle qui respecte le plus l'environnement : pas de modification de l'espace voirie et pas de rupture d'alignement des arbres.

Les impératifs d'exploitation de la STIB au niveau de l'accessibilité des dépôts par les trams circulant sur la moyenne ceinture sont parfaitement compréhensibles et se doivent d'être respectés. Et justement, le plan de Monsieur Baiverlin prévoit l'aménagement, à l'intérieur des voies de tram et sans la moindre nécessité d'abattage d'arbres, du côté pair de l'avenue Churchill, une voie spéciale pour les allées et venues vers les dépôts en question (i.e. tant vers Buyl que l'avenue du Roi et Marconi). Par ailleurs, il est intéressant de noter que, dans sa réponse au projet de Monsieur Baiverlin, la STIB déplore l'abattage d'arbres que nécessiterait selon elle un tel projet, tout en sachant que la caractéristique première de son projet de 3ème voie est de porter un coup fatal à un nombre important d'arbres remarquables au début de l'avenue Churchill...

Par ailleurs, la STIB nous dit que "en exploitation, c'est généralement le premier tram arrivé qui repart du terminus (et donc) dans un tel dispositif de cul de sac, les conducteurs devraient régulièrement changer de véhicule, (ce qui nécessiterait d') ajouter sur le quai un batiment d'exploitation pour héberger un contrôleur et les conducteurs". Tout en respectant ces informations, le Comité souhaiterait réagir comme suit :

1) "généralement", donc... pas toujours, pas d'office. Le cas du terminus Churchill-Waterloo pourrait donc faire partie des exceptions, pourquoi pas ? A qui ou à quoi cette exception nuirait-elle, très exactement ?

2) en quoi les conducteurs, dans ce cas, "devraient"-ils changer de véhicule ? Qui donc doit partir le premier : le tram ou le conducteur ?

3) en quoi le fait de devoir "changer de véhicule" exige-t-il d'aménager "un batiment d'exploitation" pour abriter conducteurs et contrôleurs ? Et contrôleurs de quoi et de qui, exactement ?

Enfin, nous restons perplexes face à la mention qui est faite de "la remise en état du rond-point", dans la réponse de la STIB. Car à notre connaissance, le plan actuellement nourri par la STIB prévoit bel et bien le maintien du terminus du tram 3 sur le Rond-Point Churchill,

Pour conclure, le Comité maintient haut et fort son opposition à toute forme de terminus sur l'avenue Churchill mais s'il devait impérativement s'en trouver un, il maintient tout aussi fermement que les avantages d'un terminus Churchill-Waterloo sont éloquents, tant sur le plan pratique et sécuritaire pour les usagers que sur celui du respect de l'environnement urbain, tout en rencontrant les impératifs d'exploitation de la STIB.