2006 > 2007

En tant que riverains, restez concernés, envoyez vos photos par e-mail, vos commentaires ou textes à publier ou non dans votre formulaire de contact.
 1364

17 décembre Argumentation Pour le Comité Lonchamp Messidor Anita Nys


Le 6 juillet 1973 le Roi Baudouin est sorti du palais pour aller dans le parc pour faire preuve de l'intérêt qu'il portait a 4 rangées de marronniers qu'on allait abattre.
Plus de trente ans après on projette non pas d'abattre quelques marronniers dans le parc de la ville, mais bien d'en faire disparaître des milliers.Un article de Mr Ladevèze nous apprends en novembre que les marronniers des avenues de Meysse, de Tervuren, du boulevard Louis Schmidt ,des l'avenues Louise ,Albert et de Fré, seront abattus . Les travaux débuteront cet hiver.

Le comité de quartier de l'avenue Churchill s'est fortement impliqué dans la sauvegarde des marronniers de notre avenue. D'autres associations et diverses personnes se sont investies dans la protection des marronnier à l'échelle de Bruxelles. Madame Rousseau a interpellé à plusieurs reprises le ministre Piqué et les ministres Dupuis et Smet. Ceci sans toutefois recevoir des réponses concrètes. Le ministre Piqué en juin a simplement repris les arguments de la région en invoquant la maladie des marronniers en général.
Or les différents dossiers parlent tous de mauvais traitement aux arbres, de blessures d'élagage et de coups jamais soignés avec les mastics fongistatiques qui sont indispensables. Il y a aussi les racines abîmées lors de la pose des rails et le compactage de la terre qui empêche l'irrigation normale des arbres.On spécifie dans le rapport de 2003 et dans celui de 2006, que la maladie des marronniers n'est pas présente sur l'avenue. Des arbres plantés au début du siècle passé, il en reste 158,ils sont vieux, maltraités, mais on peut admirer leur force en été, et au printemps quand ils fleurissent a profusion. I y a aussi les 179 plantés a des stades divers, et qui sont plus jeunes. Certains plantés très récemment Je reviendrais après sur les réponses faites à Mme Rousseau par mme Dupuis et Mr Smet..

Depuis le mois de Juin, ou pour l'avenue cela a été un choc d'apprendre que les marronniers pourraient disparaître encore cette

même année et être remplacés par de metaséquoias, notre inquiétude et aussi notre vigilance n'ont pas diminués.
Apres la concertation assez désastreuse a la maison communale, l'urgence a été de démontrer que les métaséquoias, proposés en remplacement des marronniers, dits malades et a abattre,soient éliminés comme essence de remplacement. Le débat se portait a cette époque uniquement sur le choix de remplacement, étant donné que nous n'avions pas eu l'occasion de voir nous mêmes le rapport déclarant les marronniers dangereux et malades, nous avons cru, tout comme à l'époque les responsables politiques interpellés par Mme Rousseau, que la raison présentée pour demander l'abattage était indiscutable.
Depuis, nous avons eu accès a deux documents servant de base à le région pour justifier cet abattage.
Le premier est un liste des 3600 marronniers des grandes avenues de Bruxelles , document officiel de l'aed, administration de l'équipement et déplacements.
Le second est le rapport d'arboriconseil, qui est visiblement présenté de façon a implicitement conforter la thèse qui convient a la région, qui commandite ce rapport.
Pour comprendre que les responsables de ce dossier à l'AED, appliquent sans nuances les directives qui leur sont données, il faut savoir que leur responsabilité personelle est en question en cas de problème
Ceci est évidemment une abérration totale , mais explique pourquoi on peut demander froidement d'abattre 3600 marronniers.....par précaution.

Les questions qui sont le plus souvent posées au comité L M ont souvent a la base une méconnaissance des raisons pour lesquelles les propositions concernant l’avenue émanent d’ intervenants qui ne sont pas la commune d’Uccle.. Peu de riverains savent que l’avenue Churchill est une voie Régionale et donc que les décisions concernant l’abattage et replantation éventuelle, les aménagements des voies de circulation et de la stib,dépendent en grande partie du ministère de la mobilité et travaux publics, dont le ministre est Mr Pascal Smet.
Madame Dupuis, secrétaire d'Etat doit décider en finale de l'abattage ou de la préservation des marronniers..
Les efforts du comité LM ont
surtout porté ces derniers mois a intégrer les préoccupations légitimes des riverains, dans le schéma global de la région et de la stib. .Ainsi nous préconisons un élagage sévère plutôt que l’abattage, tout en étant conscients qu’ a certains endroits, tel que les arrêts des tram, certains des très grands arbres peuvent poser des problèmes d'acces. Notre position est que des arbres ayant subis, sans succomber, les nombreux traumatismes dus a leur implantation, sont plus aptes a survivre aux aléas de la difficile décennie qui se profile, que des sujets de pépinières, qui prendront plusieurs années pour s’enraciner et peuvent a ce moment la être fragilisés vis-à-vis du réchauffement climatiques et des maladies nouvelles.

Vous avez probablement lu le toutes boites que Mme Rousseau a distribué en fin de semaine.
Nous avons quelques remarques à ce sujet .Dans la note de présentation pour obtenir le permis d'urbanisme pour l'abattage des marronniers Churchill; on cite le chiffre de 310 marronniers. Même chiffre dans l'avis de la commission de concertation, de juillet .Le cabinet de Pascal Smet répondant à Mr Sax, cite toujours ce même chiffre au mois d'aout. Dans la réponse de Madame Dupuis, le document de Mme rousseau de cette semaine,, il et subitement question des 337 marronniers de l'avenue. J'ai par curiosité repris le rapport d'arboriconsil du mois d'aout, et en début de texte ils parlent de 158 adultes et 179 jeunes arbres; Le total, 317 arbres. La page suivante, ils détaillent,par tronçons, 88 et 114 et 91 et 36, total cette fois, 329 marronniers.
Si les conclusions sont aussi fantaisistes que les chiffres, ce n'est pas sérieux.

Je me suis lancée dans un autre calcul, sur base de la réponse de Mme Dupuis, toujours dans le même document questions : réponses parlementaires.
;Si on considère le chiffre de 310 marronniers comme base , 2 ont été abattus, déclarés très dangereux en novembre, , 15 restent par demande d'arboriconseil jugés a abattre au plus vite,Madame Dupuis y ajoute 152 arbres jugés a abattre à court ou moyen terme.Ceci sans d'ailleurs précisér ce que cela signifie en termes de durée.
La stib est demanderesse pour ces arrêts sur Churchill, d'une mise a normes pour pmr, ce qui en terme d'abattage signifie 59 arbres à éliminer. Ceci signifie que sans demander , on peut éventuellement supprimer 260 arbres!!!!!!Les 50 qui resteraient seraient qualifiés de plantation non homogène, et par un tour de passe passe , fini, plus d'arbres, et personne n'est responsable !!!
Il est évident que nous faisons tout ce qui est possible pour éviter cela.
Ce que nous demandons, c'est un élagage sévère, fait par des spécialistes, avec toutes les précautions classiques, et que surtout on ne coupe rien à une période ou le temps est instable et le climat changeant. Nos arbres ont fait leur preuves, ils sont magnifiques en saison. Des petits arbres, de pépinières, qui doivent subir la transplantation, la canicule, la pollution, les traumatismes des vibrations des trams lourds et du trafic ont peu de chance de prospérer harmonieusement.

Je reprends encore quelques phrases de Mme Dupuis::De plus, il existe une nouvelle maladie inquiétante qui affecte aussi les marronniers. Certains jeunes arbres en présentent les symptomes, mais rien ne nous dit à ce stade qu'ils sont affectés par la bactérie. Ceci est une phrase sortie textuellement du rapport d'arboriconseil et qui me fait douter du sérieux de leur étude. Parler d'une terrible maladie de marronniers pour simplement finir par dire que les nôtres ne l'ont pas, ou est le bon sens?
Plus loin, ;;;
En ce qui concerne les travaux de la Stib,et le nouveau terminus de tram,On m'assure que les deux dossiers n sont aucunement liés. La stib ne demande pas l'abattage des arbres, sauf à hauteur des quais.

Il suffit de calculer le nombre de quais sur churchill, de réaliser que les nouveaux trams ont environ 40 m de long et 7 doubles portes, qui toutes doivent se trouver sans obstacles, pour réaliser que mon chiffre de 60 arbres à sacrifier aux arrêts,c'est une estimation absolument pas exagérée.

Plus loin, et nous l'en remercions vivement, Mme Dupuis certifie que le terminus de la stib tel que envisagé actuellement ne s'intégrés pas avec le cadre urbain environnant,et que de plus il pose de sérieux problèmes en terme de mobilité. N'étant pas satisfaite du permis demandé par la stib, il n'a pas été accepté par Mme Dupuis. Il faudra attendre pour voir quel nouveau projet la stib proposera.
Mme Dupuis demande aussi que de toute façon le même nombre d'arbres ""310?""
soit maintenu.
Cela me semble difficile, vu a demande de la stib pour les quais et l'emplacement actuel des caténaires.

Il est question aussi de remplacer les luminaires, ce qui posera un problème aussi, car les câbles sont posés sous les marronniers, . Ceci explique pourquoi, quand on enlève en douce un marronnier de nuit, coté Brugmann, ce tronçon reste sans éclairage public si longtemps.

Quand à Mr Smet, il confirme que les arbres ont été abîmés par la stib lors des travaux des voies de tram en 2002.
Lui reprends aussi la mention de cette maladie fantôme de nos marronniers, mais il ajoute aussi cette autre phrase destinée a faire peur, Aucun traitement n'est actuellement préconisé pour lutter contre le Pseudomonas.
On ne voit pas l'intérêt de nous dire cela, puisque nos marronniers n'ont pas cette maladie.
Plus loin, il parle d'une éventuelle replantation aux arrêts de tram. J'en profite pour dire que la stib jure sur tout les tons qu'ils ne demandent d'abattre que 8 ARBRES ET D'EN REPLANTER 6; ilS NE PARLENT JAMAIS DES ARRETS sans arbres, que pourtant Mme Dupuis et Mr Smet citent.
Monsieur Smet, contrairement a Mme Dupuis parle d'un plan de replantation, fin 2008, début 2009.Il considère donc l'abattage certain contrairement à Mme Dupuis.

Plus loin dans la réponse de mr Smet on trouve cette perle, La stib n'est
pas et n'a jamais été demanderesse d'un abattage GENERALISE des arbres de l'avenue Churchill. CEUX-CI FONT PARTIE INTEGRANTE DE LA QUALITE PAYSAGERE DES LIEUX ET VALORISE LE PASSAGE DU TRAM LE LONG DE CETTE ARTERE.

Cette dernière phrase résume bien l'incohérence de ces dossiers. Nous le disons encore et encore, tout le monde, et aussi la stib, les clients de la stib et les conducteurs des trams ont tout a gagner a garder le plus longtemps possible et par tout es moyens possible ces magnifiques marronniers.

Plus loin Mr Smet convient à propos des sanisettes du rond point et celle pres de Brugmann qu'elles sont une solution peu élégante. Personellemnt je trouve en plus que c'est peu digne pour leurs personnel de devoir se contenter de ce genre de sanisettesn sans possibilité même de se laver les mains par ex.

Il situe la troisième voie de tram vers le bois, ce qui va encore donner lieu à des commentaires divers, car cela n'est pas très clair.

Le Comité regrette que la STIB ai distribué fin juin un toutes boites remeciant les riverains pour leur patience et annoncant la fin de leur travaux. Le Comité estime que cela aurait été plus honnète d'annoncer à ce moment la le projet de la troisième voie et du terminus . Cela joint à la fausse nouvelle de la maladie des marronniers a de quoi semer la méfiance dans l'avenue.

interpellations et réponses parlementaires concernant Churchill


I.V. COM (2006-2007) Nr. 6 C.R.I. COM (2006-2007) N°6
Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale – Compte rendu intégral – Commission de l’aménagement du territoire – Session 2006-2007

PARLEMENT DE LA RÉGION DEBRUXELLES-CAPITALE
_____

Compte rendu intégral des interpellations et des questions orales
_____
Commission de l'aménagementdu territoire, de l'urbanisme et de la politique foncière
_____
RÉUNION DU MERCREDI 8 NOVEMBRE 2006

SOMMAIRE
QUESTIONS ORALES
- de M. Jean-Luc Vanraes
à M. Pascal Smet, ministre dugouvernement de la Région de Bruxelles
Capitale, chargé de la Mobilité et des Travaux publics,
à Mme Evelyne Huytebroeck, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée de l'Environnement, de l'Energie et de la Politique de l'Eau,
et à Mme Françoise Dupuis, secrétaire d'Etat à la Région de Bruxelles-Capitale,
chargée du Logement et de l'Urbanisme,
concernant "les plans de la STIB pour le rond-point Churchill à Uccle et leurs
conséquences éventuelles sur le plan urbanistique".
Question orale jointe de Mme Jacqueline Rousseaux concernant "l'abattage des marronniers de l'avenue Churchill à Uccle
Présidence : Mme Els Ampe, première vice-présidente.
QUESTIONS ORALES.
MONDELINGE VRAAG VAN DE HEER JEAN-LUC VANRAES
AAN DE HEER PASCAL SMET,MINISTER VAN DE BRUSSELSE
HOOFDSTEDELIJKE REGERING,BELAST MET MOBILITEIT EN
OPENBARE WERKEN,
AAN MEVROUW EVELYNE HUYTEBROECK, MINISTER VAN DE
BRUSSELSE HOOFDSTEDELIJKE REGERING BELAST MET LEEFMILIEU,
ENERGIE EN WATERBELEID,
EN AAN MEVROUW FRANÇOISE DUPUIS, STAATSSECRETARIS VAN
HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST, BEVOEGD VOOR HUISVESTING
EN STEDENBOUW,
betreffende "de plannen van de MIVB met betrekking tot het Churchill-rondpunt te Ukkel en de mogelijke gevolgen hiervan op stedenbouwkundig vlak".
TOEGEVOEGDE MONDELINGE VRAAG VAN MEVROUW JACQUELINE
ROUSSEAUX
betreffende "het kappen van de kastanjebomen aan de Churchilllaan in
Ukkel".
.
QUESTION ORALE DE M. JEAN-LUCVANRAES
À M. PASCAL SMET, MINISTRE DUGOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE
BRUXELLES-CAPITALE, CHARGÉ DE LA MOBILITÉ ET DES TRAVAUXPUBLICS,
À MME EVELYNE HUYTEBROECK,MINISTRE DU GOUVERNEMENT DE
LA RÉGION DE BRUXELLES CAPITALE CHARGÉE DE L'ENVIRONNEMENT
, DE L'ÉNERGIE ET DE LA POLITIQUE DE L'EAU,
ET À MME FRANÇOISE DUPUIS,SECRÉTAIRE D'ÉTAT À LA RÉGION
DE BRUXELLES-CAPITALE, CHARGÉE DU LOGEMENT ET DE L'URBANISME,
concernant "les plans de la STIB pour le rond-point Churchill à Uccle et leurs
conséquences éventuelles sur le plan urbanistique".
QUESTION ORALE JOINTE DE MME JACQUELINE ROUSSEAUX,
concernant "l'abattage des marronniers del'avenue Churchill à Uccle".
Mme la présidente.- La secrétaire d'Etat
Françoise Dupuis répondra à la question orale et à la question orale jointe.
La parole est à M. Vanraes.
De heer Jean-Luc Vanraes.- Het toekomstige
uitzicht van de Winston Churchilllaan, dat nu
innemend is door de oude kastanjebomen die de
laan sieren, houdt de omwonenden sterk bezig.
Naar verluidt zou er niet tot een algehele kaalslag
worden overgegaan en zouden enkel de echt
zieken bomen worden vervangen. Daardoor
zouden de kastanjelaars zoveel mogelijk behouden
blijven tussen de Waterloosteenweg en het
Churchill-rondpunt en tussen het Churchillrondpunt
en de Brugmannlaan.
Enige tijd geleden werd ook het Churchillrondpunt
heringericht. Nu zou de MIVB echter
nieuwe inrichtingsplannen hebben met betrekking
tot dit rondpunt.
Kan de minister bevestigen dat er concrete plannen
bestaan om het Churchill-rondpunt opnieuw in te
richten? Wat houden die plannen precies in?
Welke gevolgen zullen die eventuele plannen
hebben op stedenbouwkundig vlak?

M. Jean-Luc Vanraes (en néerlandais).- L'aspect
futur de l'avenue Winston Churchill préoccupe
vivement les riverains. Il semblerait que l'on se
dirige vers le seul remplacement des arbres
malades. De ce fait, les marronniers seraient
préservés entre la chaussée de Waterloo et le
rond-point Churchill et entre ce rond-point et
l'avenue Brugmann.
Il y a quelque temps, le rond-point Churchill a été
réaménagé. Or, la STIB aurait aujourd'hui de
nouveaux plans le concernant.
Des plans concrets de réaménagement existent-ils
à cet égard? En quoi consistent-ils ? Quelles
seront les conséquences éventuelles sur le plan
urbanistique ?
La question de MmeRousseaux est jointe à la question orale de M.
Vanraes concernant l'abattage des 310 marronniers
de l'avenue Churchill à Uccle et leur remplacement
par 236 métaséquoias. La Commission de
concertation a rendu son avis le 5 juillet 2006.
Mme Rousseaux souhaite connaître le contenu
précis de la nouvelle analyse de santé des arbres de
l'avenue Churchill opérée au mois d'août 2006 et
les décisions prises dans ce dossier.
De quoi les arbres souffrent-ils ?
Combien d'arbres sont-ils touchés?
Ne peut-on les soigner ?
Un plan de replantation a-t-il été déposé à la suite
de l'avis de la Commission de concertation ?
Les ministres concernés ont-ils décidé de solliciter
un nouvel avis de la Commission de concertation ?
Quelle décision a-t-elle été prise concernant la
demande d'abattage ?
Le cas échéant, quelle serait l'essence de
remplacement, le nombre et l'âge des arbres à
replanter, le phasage des travaux ?
Le cas échéant toujours, quel est le coût estimé
pour les travaux ?
Enfin, la demande d'abattage est-elle ou non liée à
une demande de la STIB et à un réaménagement
des voiries de tram qui serait voulu par elle ? Si
oui, pourquoi l'aurait-on caché à la population ?

Mme la présidente.- La parole est à Mme Dupuis.
Mme Françoise Dupuis, secrétaire d'Etat.- Je
commence par la réponse du ministre Smet.
De stabiliteitsstudie van de kastanjebomen op de
Churchilllaan heeft de volgende resultaten
opgeleverd: 85 bomen moeten op korte termijn
worden omgehakt en 67 op middellange termijn.
In totaal moeten er dus 152 van de 337 bomen om
veiligheidsredenen sneuvelen.
De eerst aangeplante bomen zijn in slechte staat,
zij zijn vrij gevaarlijk. Dat is het gevolg van
eerdere gebeurtenissen: er zijn grote takken
gesnoeid waardoor de bomen beschadigd werden
en er diepe gaten in de stammen zijn gekomen.
Bijgevolg is het risico dat sommige bomen zullen
omvallen niet denkbeeldig. Bovendien zijn de
wortels van de bomen in 2002 beschadigd tijdens
werken aan de tramsporen.
De gezondheid van de volgroeide bomen is slecht:
ze worden namelijk bedreigd door paardekastanjemineermotten.

L'étude de stabilité de l'ensemble des marronniers
de l'avenue Churchill - soit 337 marronniers -
réalisée en juillet et août 2006 par le bureau
d'études Arboriconseil, a mené aux résultats
suivants : 85 marronniers sont à abattre à court
terme, et 67 à moyen terme. 152 arbres doivent
donc être abattus sur les 337 en place, pour des
raisons de sécurité.
Les marronniers de la plantantion initiale
présentent en effet un mauvais état mécanique et
donc un niveau de dangerosité assez élevé. Les
raisons de ce mauvais état mécanique actuel des
arbres sont le résultat d'actions passées : Les tailles
sévères de grosses branches, imposées par la mise
au gabarit routier, par la pose du tram en berme
centrale, ont occasionné d'importantes plaies de
coupe. Ces plaies sont à l'origine de la plupart des
cavités observées aujourd'hui sur les troncs. Ces
cavités sont telles que des risques de bris de fûts
sont aujourd'hui présents. Par ailleurs, les travaux

Ik kan nog niet bevestigen of de bomen ook ziek
zijn door een pseudomonas-bacterie die vaak
kastanjebomen treft.
Een aantal paardenkastanjes vertonen symptomen
van deze nieuwe ziekte. Voorlopig bestaat er
echter nog geen behandeling.
De aanvraag tot kapvergunning omvat een
heraanplantingsplan. Daarin worden meerdere
boomsoorten voorgesteld, maar het bestuur
Ruimtelijke Ordening en Huisvesting (BROH)
heeft nog geen keuze gemaakt. Het aantal nieuwe
bomen zal afhangen van de afstand die in acht
moet worden genomen tussen de bomen onderling
en van de keuze om al dan niet bomen aan de
tramhaltes te planten. De jonge bomen zullen acht
tot tien meter hoog zijn en een kruin van dertig tot
vijfendertig meter omvang hebben.
De werken zullen tijdens de herfst- en
wintermaanden worden uitgevoerd. Het eerste
jaar zal het stuk tussen het Vanderkindereplein en
de Churchillrotonde aan bod komen; het tweede
jaar het stuk tussen de Churchillrotonde en de
Dodonéestraat en het derde jaar het stuk tussen de
Dodonéestraat en de Waterloosesteenweg.
Aangezien er nog veel onzekerheden zijn, is het
moeilijk om nu al een nauwkeurige kostenraming
te geven.
De kapaanvraag is volledig ingegeven door
veiligheidsredenen en heeft niets met een aanvraag
van de MIVB te maken.
Er doet heel wat onjuiste informatie de ronde over
de MIVB-werken aan de Churchillaan. De MIVB
heeft nooit gevraagd om alle bomen te rooien en is
zich goed bewust van de landschappelijke waarde
van dit traject.
De MIVB heeft geen enkel plan voor de heraanleg
van de Churchillrotonde. Het plan voor de
hertekening van het tram-busnet tegen 2007-2008
vermeldt alleen dat de rotonde de eindhalte wordt
van lijn 3.
Op deze plek komen alleen de sanitaire installaties
voor het personeel. De huidige installatie is
onesthetisch en moet zo snel mogelijk worden
vervangen.

de sol réalisés au pied des arbres - renouvellement
des voies de tram en 2002 - ont inévitablement
occasionné des lésions racinaires.
Du point de vue phytosanitaire, l'état des
marronniers adultes est préoccupant. Ils subissent
entre autres depuis quelques années des attaques
de prédateurs, des Cameraria, qui les affaiblissent
en diminuant leur activité de photosynthèse.
Dans l'état actuel des connaissances, on ne peut
pas encore dire si ces marronniers adultes sont ou
non atteints par la nouvelle maladie observée
actuellement sur les marronniers, qui est due aux
attaques d'une bactérie du genre Pseudomonas,
responsable de très nombreux cas de
dépérissement de marronniers et qui peut conduire
à la mort de l'arbre.
Un certain nombre de marronniers présentent les
symptômes de cette nouvelle maladie. Aucun
traitement n'est actuellement préconisé pour lutter
contre le Pseudomonas.
Un plan de replantation a été proposé lors de la
demande de permis d'abattage. Le plan qui sera
effectivement appliqué sera fonction de l'espèce
d'arbres choisie et de l'éventuelle replantation aux
arrêts de trams. Une demande d'un nouvel avis à la
commission de concertation n'est actuellement pas
prévue.
La décision concernant la demande d'abattage doit
encore être prise par l'Administration de
l'Aménagement du Territoire et du Logement
(AATL), direction de l'urbanisme. Plusieurs
essences de remplacement ont été évoquées, mais
le choix définitif n'a pas encore été fait. Le nombre
d'arbres à replanter devrait être fonction du plan de
replantation définissant la distance entre les arbres
et l'éventuelle replantation aux arrêts de tram. Les
jeunes arbres replantés seront de grande
dimension : hauteur de huit à dix mètres,
circonférence de trente à trente-cinq centimètres.
La planification proposée des travaux est à
exécuter en trois phases dans la période
d'automne-hiver : la première année le premier
tiers de l'avenue, entre la place Vanderkindere et le
rond-point Churchill ; la deuxième année entre le
rond-point et la rue Dodonée ; et le dernier tiers,

Ook over de plannen voor de eindhalte van lijnen
23 en 24 op de Vanderkindereplaats doen heel wat
ongegronde en voorbarige geruchten de ronde. De
procedure voor de stedenbouwkundige vergunning
is immers nog niet opgestart.
De heraanleg van deze eindhalte maakt deel uit
van het plan voor de hertekening van het trambusnet
dat door de commissie voor de
infrastructuur en de regering in 2005 is
goedgekeurd.
De MIVB heeft voorgesteld in de Churchilllaan
over een honderdtal meter een derde spoor aan te
leggen. Zo kan tram 3 zijn passagiers laten
uitstappen en tram 23 of 24 aan de eindhalte via
het centrale spoor inhalen. Dit is de enige
oplossing voor een goede aansluiting tussen de
lijnen 23 - 24 en de lijnen 3, 51 en 92.
Of de bomen op het perron aan de Churchilllaan
behouden blijven heeft te maken met de
Gewestelijke Stedenbouwkundige Verordening en
de voorschriften inzake toegankelijkheid voor
mindervaliden.
Er mogen bomen op de opstapplaatsen staan, op
voorwaarde dat de doorgang minstens 1,5 meter
bedraagt. Aangezien de opstapplaatsen op de
Churchilllaan tussen 2,5 en 3 meter breed zijn en
dat de diameter van sommige bomen 1 meter
bedraagt, beantwoordt de huidige situatie niet aan
de voorschriften inzake toegankelijkheid en
veiligheid.
Bovendien volstaan de huidige opstapplaatsen niet
om het stijgende aantal reizigers op te vangen.
Hiervoor bestaan twee oplossingen: ofwel behoudt
men de opstapplaatsten en verwijdert men de
bomen, ofwel verbreedt men de opstapplaatsen om
de bomen te kunnen behouden of er nieuwe te
planten.
Tot zover de huidige stand van zaken. Alles ligt
nog ter discussie.
(verder in het Nederlands)
Wat mijn eigen antwoord op de vragen betreft, de
studie die uitgevoerd werd door Arboriconseil in
juli en augustus 2006, geeft aan dat er van de 337
paardenkastanjes die de laan sieren, twee in een

entre la rue Dodonée et la chaussée de Waterloo,
fin 2008, début 2009. Ceci constitue le projet qui
fait l'objet de la demande de permis.
Face aux multiples incertitudes qui subsistent, il
est prématuré d'évaluer le coût des travaux. La
demande d'abattage des arbres n'est pas liée à une
demande de la STIB, elle n'est motivée que par des
raisons de sécurité liées à des risques de rupture de
tronc à la base ou en hauteur.
En ce qui concerne les projets de la STIB avenue
Winston Churchill, beaucoup d'informations
erronées circulent, qu'il est utile de rectifier,
toujours selon M. Smet. La STIB n'est pas et n'a
jamais été demanderesse d'un abattage généralisé
des arbres de cette avenue. Ceux-ci font partie
intégrante de la qualité paysagère des lieux et
valorisent le passage du tram le long de cette
artère. Il n'entre dès lors aucunement dans les
intentions de la STIB de les sacrifier pour des
motifs fonctionnels.
Pour répondre à la question de M. Vanraes, il n'y a
aucun projet de réaménagement du rond-point
Churchill en vue de satisfaire les besoins de la
STIB. Il est simplement prévu dans le plan de
redéploiement du réseau tram-bus à l'horizon
2007-2008, approuvé par la commission de
l'Infrastructure en juin 2005 et par le
gouvernement régional le 14 juillet 2005, que le
rond-point accueillera le terminus de la ligne 3.
Seule l'installation de sanitaires pour le personnel
de conduite est requise à cet endroit. La situation
actuelle, dont il faut convenir qu'elle est peu
esthétique, est appelée à être modifiée dans les
meilleurs délais grâce à l'installation d'un dispositif
compatible avec l'esthétique.
En ce qui concerne le projet de terminus pour les
lignes 23 et 24 au carrefour Vanderkindere, bien
des commentaires et rumeurs ont une fois de plus
été émis. Ceux-ci sont soit sans fondement, soit
prématurés, dans la mesure où la procédure de
permis d'urbanisme n'a pas encore démarré.
Il faut rappeler que l'aménagement d'un tel
terminus fait également partie du plan de
redéploiement du réseau de la STIB, approuvé tant
par la commission de l'Infrastructure que par le

bijzonder gevaarlijke toestand verkeerden en dus
zonder uitstel geveld moesten worden. Dat is
trouwens gebeurd op 16 oktober 2006. Vijftien
andere bomen kregen de aanduiding "gevaarlijk"
mee en moeten zo vlug mogelijk geveld worden.
Deze tweede studie - de eerste dateert van drie jaar
geleden - bevestigt dus de gevaarlijke toestand van
de paardenkastanjes.
(verder in het Frans)
Bovendien moeten 68 bomen op korte termijn
omgehakt worden en 67 op middellange termijn.
Om veiligheidsredenen zullen er dus 152 bomen
verdwijnen.
De meeste bomen moeten ook gesnoeid worden.
Voor 18 bomen wordt in 2007-2008 opnieuw
bekeken of ze kunnen blijven.
De problemen zijn het gevolg van de snoei bij de
heraanleg van de laan. De kastanjebomen zijn
nadien verder verzwakt door roofdieren en zijn
gevaarlijk geworden. Een aantal jonge
kastanjebomen vertoont bovendien symptomen van
een nieuwe ziekte, al staat nog niet vast of ze
inderdaad besmet zijn.
Vooral de bomen langs de weg tussen het
Vanderkindereplein en de Churchillrotonde zijn
aangetast. De bomen op de rotonde en op de
kroon nabij de Waterloosesteenweg moeten niet
omgehakt worden. Het omhakken zal in fasen
gebeuren en enkel indien noodzakelijk.
Dit staat los van de werken van de MIVB voor een
nieuwe tramterminus. Voor de MIVB moeten de
bomen enkel gekapt worden ter hoogte van de
perrons. Er is echter verwarring ontstaan doordat
beide werken samenvallen in de tijd.
De problemen met de eindhalte van de tram
moeten worden geregeld voordat de problemen
met de kastanjebomen worden opgelost, anders
dreigt men deze twee kwesties met elkaar te
verwarren. Volgens mij is het huidige ontwerp van
de eindhalte van de tram niet aangepast aan de
omgeving. Het zou ook ernstige
mobiliteitsproblemen veroorzaken. Aangezien de
aanvraag voor de vergunning niet voldeed aan de
vereisten, is ze weer ingetrokken.

gouvernement en 2005.
Afin de dégager une solution technique compatible
avec la structure urbanistique des lieux, la STIB a
étudié la possibilité de poser dans l'avenue
Churchill vers le Bois une troisième voie sur une
centaine de mètres. Ce dispositif permettrait au
tram 3 se rendant à son terminus de débarquer ses
clients et de dépasser un tram 23 ou 24 en terminus
sur les voies centrales. Cette solution est en effet la
seule qui permettrait une bonne correspondance
entre le 23-24 et les lignes 3, 51 et 92.
La question du maintien des arbres implantés sur
les quais d'embarquement de la STIB avenue
Churchill n'est pas en tant que telle liée à
l'aménagement du terminus, mais résulte des
dispositions du Règlement régional d'urbanisme et
des prescriptions relatives à l'amélioration de
l'accessibilité des personnes à mobilité réduite.
Des arbres peuvent être maintenus ou plantés sur
les quais d'embarquement, à condition que les
largeurs de passage disponibles et franchissables
entre les arbres et le bord du quai soient au
minimum d'1 m50. Les quais d'embarquement de
la STIB avenue Churchill ont une largeur
maximale de 3 m et, plus généralement, de 2 m50.
Sachant que les arbres existants ont à leur base un
diamètre qui atteint parfois 1 m, la situation
présente n'est pas acceptable du point de vue de
l'accessibilité et de la sécurité. En effet, à certains
endroits, une personne poussant un landeau doit
passer sur les voies de tram pour entrer ou sortir du
quai.
Qui plus est, vu le succès croissant de la STIB et
tout particulièrement de l'axe de la grande
ceinture, les quais aménagés il y a moins de dix
ans se révèlent aujourd'hui insuffisants pour
accueillir la clientèle dans de bonnes conditions de
confort et de sécurité. Pour résoudre ce problème,
deux solutions sont envisageables : maintenir la
largeur des quais et supprimer les arbres ou
agrandir les quais afin de maintenir les arbres
actuels ou d'en replanter d'autres.
Ceci reflète l'état actuel de la question en ce qui
concerne l'administration des routes et la STIB.
Tout est en discussion et en recherche d'alternatives.

Er zijn nog andere mogelijkheden, die nader
moeten worden bestudeerd. Ik ben tegen de aanleg
van een derde tramspoor. Het Vanderkindereplein
zou daarvoor volledig opnieuw moeten worden
aangelegd. Niet iedereen kan tevreden worden
gesteld en er is een andere oplossing nodig.
Zodra er een oplossing is voor de eindhalte van de
tram, kan er naar een langetermijnoplossing voor
de kastanjebomen op de Winston Churchilllaan
worden gezocht. In afwachting daarvan kan de
gemeente Ukkel vergunningen afleveren om de
gevaarlijkste bomen om te hakken.
Ik heb beslist dat de omgehakte bomen niet zullen
worden vervangen door metasequoias, want er zijn
onvoldoende garanties dat die soort op termijn een
mooi resultaat oplevert en gezond blijft.
In de aanvraag voor de vergunning wordt
voorgesteld om het aantal bomen te verminderen,
maar dat lijkt me geen goed plan.
Ik zal er ook over waken dat de aanleg van de
tramhaltes er niet voor zal zorgen dat de
bomenrijen worden onderbroken.
Ik heb een klein onderzoek laten uitvoeren en
overweeg om de omgehakte kastanjebomen te
vervangen door lindebomen of platanen, die een
mooie kruin hebben. De Churchilllaan ligt er
immers zielig bij en moet dringend in ere worden
hersteld.
Volgens boomkwekers zijn er voldoende
lindebomen en platanen voorradig. De bomen
zullen uiteraard goed moeten worden verzorgd.
De bewoners wensen een aangename laan en
iedereen is overtuigd van het belang van efficiënt
openbaar vervoer. Toch moet er naar een
alternatief worden gezocht voor het derde spoor.
Er bestaan nu al voorstellen, die allemaal een
stedenbouwkundige vergunning vereisen.

Je poursuis avec ma réponse aux questions. Deux
marronniers sur les 337 recensés par
Arboriconseil, considérés comme "très
dangereux", ont été abattus le 16 octobre dernier.
Quinze autres arbres qualifiés de "dangereux"
doivent subir le même sort dans les plus brefs
délais. Cette étude, effectuée trois ans après la
première, confirme l'état de dangerosité des
marronniers.
(poursuivant en français)
En outre, 68 arbres devront être abattus à court
terme et 67 à moyen terme, soit un total de 152
arbres, et ce pour des raisons de sécurité.
La plupart des arbres devront faire l'objet d'une
taille sécuritaire plus ou moins importante selon
les cas. Le pronostic est réservé pour18 arbres,
lesquels feront l'objet d'une réévaluation en 2007
et 2008, quant à savoir s'ils peuvent être
maintenus.
Les problèmes sont survenus suite aux tailles
importantes subies à l'occasion des modifications
de l'avenue. Les marronniers adultes ont fait l'objet
d'attaques de prédateurs qui les ont davantage
affaiblis et les ont rendus dangereux. En outre, un
certain nombre de jeunes marronniers présentent
les symptômes d'une nouvelle maladie inquiétante,
sans pour autant pouvoir affirmer à l'heure actuelle
qu'ils sont effectivement affectés par cette bactérie.
Les arbres bordant la voirie entre la place
Vanderkindere et le rond-point Churchill sont les
plus atteints. Les marronniers du rond-point
Churchill et ceux plantés sur la couronne à
proximité de la Chaussée de Waterloo ne devront
pas être abattus.
L'abattage ne sera autorisé que par phases et
uniquement là où l'état des arbres le justifie.
Concernant les travaux de la STIB et le nouveau
terminus des trams, il convient de souligner que
les deux dossiers ne sont pas liés. La STIB ne
demande pas l'abattage des arbres sauf à hauteur
des quais. Toutefois, la coïncidence des calendriers
des travaux a provoqué la confusion dans le chef
des riverains.
Dans un souci de pragmatisme et d'apaisement, il
nous faut régler la problématique du terminus
avant de résoudre celle des marronniers, sous
peine d'une contamination des deux dossiers. Ma
position est claire : le terminus tel qu'envisagé
actuellement ne s'intègre pas dans le cadre urbain
environnant. De plus, il pose de sérieux problèmes
en matière de mobilité. Une demande de permis
avait été introduite pour sa création, mais, n'étant
pas satisfaisante, elle a été retirée. Il n'y a
actuellement pas de demande de permis pour ce
terminus.
D'autres options existent et méritent d'être étudiées
en profondeur. Je ne vous cache pas que tout
tourne autour du fait que je ne suis pas
enthousiaste par rapport à la troisième voie. La
place Vanderkindere devrait alors être totalement
reconditionnée pour pouvoir l'implanter. Il est
impossible, d'un point de vue mathématique, de
concilier les demandes de chacun. Il faut chercher
d'autre solutions.
Une fois ce problème réglé et les crispations
désamorcées, une solution à plus long terme
concernant les marronniers de l'avenue Winston
Churchill sera envisagée. Une analyse en toute
objectivité est donc prévue. En attendant, les
permis d'abattage pour les arbres répertoriés
comme très dangereux peuvent être octroyés par la
commune d'Uccle.
J'ai décidé que les arbres abattus ne seraient pas
remplacés par des métaséquoias, qui n'offrent pas
les garanties d'esthétique ni de bonne tenue à
terme que nous recherchons.
La réduction du nombre d'arbres telle que
proposée dans la demande de permis n'est pas
pleinement justifiée. En conséquence, je
demanderai de conserver un nombre équivalent à
ce qui existe actuellement.
Je veillerai également à ce que l'aménagement des
arrêts de tram n'ait pas pour conséquence de
rompre l'alignement.

En guise d'essences de remplacement, j'ai réalisé
un mini-sondage et je pense plutôt à des tilleuls -
qui ont été plantés avec succès dans certaines
avenues de Bruxelles - ou à des platanes, qui
offrent également une belle couronne et qui sont
susceptibles de restaurer une certaine majesté à
l'avenue. Celle-ci est aujourd'hui en très mauvais
état et il faut envisager de lui rendre sa dignité.
Selon les pépiniéristes, ces deux espèces - tilleuls
ou platanes - sont disponibles en quantité et en
taille suffisante. Bien entendu, il faudra suivre
l'état des arbres avec soin, par une étude régulière
et des recommandations pour leur bon entretien.
Les habitants tiennent à ce que l'aspect de l'avenue
reste agréable et nous tenons tous, par ailleurs, à ce
qu'il y ait des transports en commun performants,
mais il y a des limites à tout, même aux grands
projets. C'est pourquoi j'encourage la recherche
d'une alternative à la troisième voie. L'aller-retour
actuellement effectué par le tram n'est pas propice
à la vitesse commerciale. D'autres solutions
existent, qui nécessitent toutes un permis
d'urbanisme.

Mevrouw de voorzitter.- De heer Vanraes heeft
het woord.
De heer Jean-Luc Vanraes.- Deze kwestie heeft
heel wat emoties veroorzaakt. Het is dan ook goed
dat er een duidelijk antwoord is, waarin de
meningen van beide ministers helder verwoord
worden.
Om te beginnen heb ik een algemene opmerking.
Er is blijkbaar nogal wat schade aangebracht
tijdens de werken. We moeten er dus voor zorgen
dat er bij alle openbare werken in het gewest
voldoende aandacht geschonken wordt aan planten
en dergelijke. Het is onaanvaardbaar dat we, zoals
vijftig jaar geleden, zomaar beton beginnen
rondstrooien, zonder op de bomen te letten die er
staan.
Ten tweede ben ik het helemaal eens met mevrouw
de staatssecretaris over het fameuze derde spoor.
Ik begrijp dat de MIVB een bepaalde commerciële
snelheid wil bereiken, maar dat kan niet ten koste
van alles gaan. Ik vind dat we zowel het openbaar
vervoer als het gewone vervoer moeten

Mme la présidente.- La parole est à M. Vanraes.
M. Jean-Luc Vanraes (en néerlandais).- Cette
question a déjà suscité beaucoup d'émotions. Le
fait que les deux ministres expriment clairement
leur position sur le sujet est donc une bonne chose.
Pour commencer, j'aimerais émettre une réflexion
d'ordre général. Les travaux ont occasionné
d'importants dégâts. Il faut que la Région soit plus
attentive au respect des plantes et des arbres lors
de la réalisation de travaux publics.
Deuxièmement, je suis entièrement d'accord avec
la position de Mme la secrétaire d'Etat concernant
la troisième voie. S'il est normal que la STIB
veuille augmenter sa vitesse commerciale, cela ne
doit pas se faire au détriment des autres modes de
transport. Le jour où les transports en commun
seront plus rapides que le transport individuel -
comme c'est le cas dans d'autres grandes villes -,
les gens les utiliseront, sans porter préjudice pour
autant aux autres moyens de transport

verdedigen. Wanneer op een dag, zoals in andere
grootsteden, blijkt dat het openbaar vervoer sneller
gaat dan het gewone vervoer, zullen de mensen
kiezen voor het openbaar vervoer, zonder dat
daarom andere vervoersmodi benadeeld moeten
worden. Daarom denk ik dat het fameuze derde
spoor beter niet aangelegd wordt op de geplande
plaats. Wat dat betreft, zitten we op dezelfde
golflengte.
Ik hoop dan ook dat de MIVB en minister Smet
zullen vermijden wat er de voorbije maanden
gebeurd is. Je kunt valse geruchten gemakkelijk
vermijden door duidelijk te zijn. Als je constant
andere dingen zegt, beginnen de mensen zich
vragen te stellen. Mevrouw Dupuis is altijd
duidelijk, dus wat haar betreft is er geen echt
probleem. De MIVB en minister Smet zou ik
echter willen vragen om de zaken duidelijk te
stellen, zodat iedereen precies weet wat er gebeurt
en wat de plannen zijn.

J'espère que le ministre Smet et la STIB seront
plus clairs à l'avenir dans la communication de
leurs projets, pour éviter la propagation de fausses
rumeurs. Ce problème ne se pose pas avec Mme
Dupuis.

Mevrouw de voorzitter.- Mevrouw Rousseaux
heeft het woord.
Mevrouw Jacqueline Rousseaux (in het Frans).-
U zegt dat er 68 bomen moeten worden geveld op
korte termijn en 67 op middellange termijn en dat
het omhakken van de andere bomen kan wachten
tot "er werken gepland zijn". Er is dus wel degelijk
een verband tussen de kapaanvraag en de werken
van de MIVB! Het gaat nochtans om twee
verschillende dossiers.
Alle studies zijn het erover eens dat de
paardenkastanjemineermot de soliditeit van de
bomen niet aantast, maar enkel de bladeren
vroegtijdig doet afvallen. Bovendien kan het
probleem worden bestreden door de afgevallen
bladeren te verbranden. Het zou dus nuttig zijn om
instructies in die zin te geven.
Wat betekent overigens op middellange termijn?

Mme la présidente.- La parole est à Mme
Rousseaux.
Mme Jacqueline Rousseaux.- Merci Madame la
ministre pour votre triple réponse - celle du
ministre Smet, celle de la STIB et la vôtre. En ce
qui concerne les analyses qui ont été faites au mois
d'août, je n'ai toujours pas reçu l'étude alors que je
l'ai demandée au mois de juillet, mais un vent
favorable m'a néanmoins permis de la lire.
Vous dites que 68 arbres doivent être abattus à
court terme et 67 à moyen terme. Quand on lit
correctement cette étude, et s’il est évident que les
arbres dangereux doivent être abattus et qu’il ne
faut pas prendre de risques, pour les autres arbres,
l'étude préconise un abattage "si des travaux sont
prévus". C'est troublant ! Quand on dit qu'il n'y a
aucun lien entre la demande d'abattage des
marronniers et les travaux de la STIB, il est
curieux de constater que l'étude réalisée par
Arboriconseil à la demande de la STIB ou du
ministre Smet préconise pour à peu près la moitié
des arbres concernés, l'abattage "si des travaux
sont prévus". Il y a donc bien un lien entre les
deux, la demande d’abattage et les travaux. Une
fois de plus, on entretient le doute et on mêle les
dossiers. D'une part, il y a des travaux demandés
par la STIB, et, d'autre part, il y a des arbres
malades et dangereux.
Le cameraria, selon toutes les études, n'atteint pas
l'arbre dans sa solidité. Il rend les feuilles brunes;
elles tombent prématurément, mais il n'atteint en
rien la solidité de l'arbre. En plus le cameraria, qui
sévit de manière générale en Région bruxelloise,
se soigne. Il suffit de récolter les feuilles et de les
brûler. Il serait donc bon de donner des
instructions pour qu'on soigne les arbres.
Que signifient les abattages à moyen terme ? Les
termes ne sont pas indiqués.

Mevrouw de voorzitter.- Gelieve af te ronden,
mevrouw Rousseaux.
Mevrouw Jacqueline Rousseaux (in het Frans).-
Het is niet democratisch dat mijn interpellatie in
een mondelinge vraag werd omgezet.
Mevrouw Françoise Dupuis, staatssecretaris (in
het Frans).- Dat was een beslissing van het
Bureau.

Mevrouw Jacqueline Rousseaux (in het Frans).-
Het is jammer dat de kostprijs niet werd geraamd.
Als de MIVB haar rentabiliteit wil verbeteren, is
het noodzakelijk dat ze bepaalde werken uitvoert.
Ik verheug mij dat u tegen de aanleg van een derde
lijn in de Churchillaan bent. Deze lijn zou tot
grote verkeersopstoppingen leiden, met alle
economische gevolgen vandien

Mme la présidente.- Pourriez-vous conclure,
Mme Rousseaux ?
Mme Jacqueline Rousseaux.- Mon interpellation
a été modifiée en question orale, ce qui n'est pas
démocratique.
Mme Françoise Dupuis, secrétaire d'Etat.- C'est
le Bureau du parlement qui en a décidé ainsi.
Mme Jacqueline Rousseaux.- Vous dites que le
coût n'a pas été évalué. C'est dommage, parce qu’il
est évident qu'il faut améliorer la rentabilité de la
STIB et réaliser des travaux. Je suis heureuse
d’entendre votre position concernant la troisième
voie avenue Churchill. Cette troisième voie n’est
en effet pas indiquée car elle occasionnerait des
embouteillages importants, ce qui représenterait un
coût économique considérable pour la Région.

Mme la présidente (en néerlandais).- Les
conséquences économiques de telles décisions ne
font pas partie des considérations reprises dans la
question orale initiale.
Mevrouw Jacqueline Rousseaux (in het Frans).-
Mijn vraag had ook betrekking op de kostprijs van
de derde lijn en het omhakken van de bomen.
Mevrouw Françoise Dupuis, staatssecretaris (in
het Frans).- Het reglement bepaalt dat u niet van
uw mondelinge vraag mag afwijken.

Mme Jacqueline Rousseaux.- Le coût de la
troisième voie et celui de l'abattage font partie de
ma question.
Mme Françoise Dupuis, secrétaire d'Etat.- Mme
Rousseaux, je me permets de vous dire que vous
vous mettez dans une situation impossible. Ceci
est procéduralement une question orale, ce qui
signifie que rien ne peut être abordé en dehors de
la question. Vous ne pouvez réglementairement
pas sortir de la question, puisque que personne ne
peut préjuger de ce que j'aie préparé la réponse.

Mme Jacqueline Rousseaux.- L'élément du coût
figure dans ma question, Mme la ministre, et vous
avez répondu qu'il n'avait pas été évalué.
Permettez-moi de dire que c'est dommage parce
que si l'on doit finalement abattre les arbres, le
coût de l'abattage et de la replantation pèsera
lourdement sur la population.

Mme la présidente.- Je propose que vous
clôturiez.
Mevrouw Jacqueline Rousseaux (in het Frans).-
Als de bomen moeten worden omgehakt, is het
bovendien nog niet zeker welke nieuwe bomen er
zullen komen. Zullen de buurtbewoners hierover
worden geraadpleegd?

Mme Jacqueline Rousseaux.- En cas d'abattage,
la replantation d'arbres à large couronne est encore
hypothétique. Je ne vous ai pas entendu dire que la
population serait consultée sur les nouveaux plans
de replantation.

Mevrouw de voorzitter.- Aangezien er stof is
voor een uitgebreidere discussie, stel ik voor dat
men op een volgende commissie meer ruimte
maakt voor dit onderwerp.
De heer Vanraes heeft het woord.
De heer Jean-Luc Vanraes.- Ik dank u voor uw
antwoord. We zullen zeker nog over dit onderwerp
discussiëren. Voorlopig zullen we afwachten hoe
de zaken evolueren. Op dit ogenblik ben ik
evenwel enigszins gerustgesteld.

Mme la présidente (en néerlandais).- Je propose
que l'on consacre une séance ultérieure à ce sujet,
étant donné que la matière s'y prête.
La parole est à M. Vanraes.
M. Jean-Luc Vanraes (en néerlandais).- Je vous
remercie pour votre réponse. Ce sujet sera
certainement encore débattu. Attendons de voir
comment évolue ce dossier. Pour ma part, je suis
rassuré.
- De incidenten zijn gesloten.
- Les incidents sont clos.

Réunion des riverains du dimanche 17 décembre Présentation faite par MonsieurBenoit Maldague


Le CQLM a été fondé en 1976/1977 par une quinzaine de personnes, dont M. et Mme Maldague, les parents de Benoît, étaient membres fondateurs.

A l’époque déjà, c’est la menace d’abattage des marronniers qui a motivé la création de ce comité.

Non content d’avoir élargi en 1968 l’avenue de 2x1 à 2x2 bandes de circulation, et supprimé la piste cyclable, le projet de 1976 prévoyait de créer une troisième voie de circulation dans chaque sens, de sorte que notre avenue se serait retrouvée défigurée comme le Boulevard Général Jacques.

Rappelons que les projets prévoyaient également la construction d’une autoroute urbaine appelée « périphérique Sud » qui devait passer grosso modo à la place de la Chaussée de St Job.

Les promoteurs de ces deux projets ont joué sur la division des habitants, essayant de faire croire aux riverains de l’avenue Churchill que le périphérique Sud délesterait le Nord d’Uccle et inversément.

C’est ainsi qu’est née l’association de Comités de Quartiers Ucclois, l’ACQU, qui organisait la solidarité entre habitants du Nord et du Sud de la Commune, affirmant avec force qu’il n’était pas question de rejeter dans un autre quartier la circulation dont personne ne voulait dans son propre quartier.

Le combat a abouti à l’époque à un status quo de la situation existante. Pas d’abattage dans l’avenue Churchill, pas de création d’autoroute à St-Job.

L’ACQU a continué le travail d’information auprès des habitants, à travers le bulletin trimestriel « La lettre aux habitants ». Comme information pertinente dont peu de gens sont au courant, on peut relever un exemple :

L’augmentation du nombre de bandes de circulations disponibles crée un appel de voiture. Savez-vous qu’en passant d’une à deux bandes, on permet de faire écouler 2000 voitures au lieu de 750, soit beaucoup plus qu’un doublement du trafic. En passant à 3 bandes, on passe à 3500, soit pratiquement 5 fois ce qui passe sur une bande. A l’inverse, en réduisant de 2 à une bande on diminue de deux tiers la circulation.

Dans l’histoire plus récente du Comité, on peut citer en 1995 l’action conjointe de l’ACQU et du CQLM contre le PRD (Plan Régional de Développement) qui prévoyait la hiérarchisation des voiries. Pourquoi l’Avenue Churchill, bordée de nombreux immeubles et habités par 5000 personnes, devrait-elle recevoir tout le trafic permettant aux autres quartiers de « respirer » ?

Pendant de nombreuses années, l’ACQU et le CQLM se sont battus pour obtenir la réduction de deux à une seule bande, et une amélioration conjointe des transports en commun.

Ce qui vient d’être dit permet de comprendre qu’au départ, nous n’étions pas du tout défavorables aux transports publics, à condition que ceux-ci soient bien organisés et performants.

En revanche, la situation actuelle est à l’opposé de celle que nous recherchons :

- avec les trams 23 et 90, nous avions deux lignes fréquentes vers la gare du Midi; ces lignes sont anéanties par une réforme du réseau STIB qui oblige la plupart des voyageurs à attendre de nombreuses minutes leur correspondance, que ce soit au RP ou à la Place Vanderkindere.

- nous espérions que le trafic automobile diminuerait, mais comme la STIB ne reçoit pas les moyens de mener une politique cohérente et forte, la circulation automobile ne fait que croître.

Entendons-nous bien : par manque de moyens pour la STIB, nous ne pensons pas tellement aux moyens financiers, mais au manque de cohérence et de priorité politiques, telles que l’onde verte (la télécommande des feux par les trams et bus à tous les carrefours), ou à des aménagements permettant aux transports en commun de passer plus facilement, dans la chaussée de Waterloo à hauteur de la Bascule notamment.

Or, c’est à cause de ce petit tronçon de voie de tram long de 500 mètres dans la chaussée de Waterloo que STIB veut scinder les lignes 3 et 23, sous prétexte que le 23 est bloqué dans les embouteillages de la Bascule qui rendent cette ligne irrégulière. Nous pensons aussi qu’un tunnel pour trams sous le Bois ne serait pas satisfaisant car la trémie défigurerait l’entrée de l’avenue Churchill, sans compter le coût exorbitant et la suppression de la desserte du Centre commercial de la Bascule.

Si le projet de terminus avec la troisième voie prévue par la STIB ne nous satisfait pas, ce n’est pas uniquement à cause du terminus en lui-même (qui, nous venons de le dire, n’est pas très heureux pour les usagers puisqu’il implique des nombreuses ruptures de charge ou correspondances), mais parce que en réalité plusieurs autres projets, distincts, sont imbriqués :

Primo, la région veut abattre tous les marronniers pour ne pas devoir procéder à l’élagage ni au ramassage des feuilles mortes qui coûte cher.

Deuxièmement, à plus long terme, la STIB souhaiterait faire passer des véhicules plus larges que les nouveaux T3000 et T4000 ; les nouveaux trams actuels font 2,40 mètres de large et peuvent passer sans problème mais à l’avenir, la STIB souhaiterait faire passer des trams de 2,65 mètres de large. Cette perspective semble entrer en ligne de compte, lorsqu’on nous prétend qu’il faudrait abattre une rangée de marronniers et pas l’autre.